Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 octobre 2012

Les petits cailloux que roule le torrent de la mode...

 

  Eh oui, il y a des expressions comme ça qui sont la menue monnaie du langage, clichés, banalités et platitudes diverses... Qui ne se laisse pas prendre à les glisser dans la conversation...? J'aime beaucoup le magnifique travail de Florence Trocmé pour la poésie, mais là je la prends la main dans la boîte à bonbons "tendance" :

 "
"Quel sens cela a-t-il de dire et avant cela, plus profond encore, d’être ? Quid de ce « dedans très lent qui cogne »." ( sur la newsletter de Poezibao)

 

  Petit jeu : collectionner les "bonbons tendance .O.

 
 
__._,_.___
Activités récentes:
 
.

__,_._,___

16 octobre 2011

Oscar Wilde, Symphony in yellow...


 
 S'il n'avait écrit que "Symphony in Yellow", Oscar Wilde serait quand même un très grand écrivain... Bon, ce jugement n'engage que moi, qui ai adoré ce petit poème quand j'étais en 5ème (Il y a bien longtemps...) mais de toute façon , Oscar Wilde est un très grand écrivain et il a fait un beau pied de nez à la société victorienne. :

Un 16 octobre naissait... Oscar Wilde

r Chisato Goya (LEXPRESS.fr), publié le 16/10/2011 à 07:00
 
    Un 16 octobre naissait... Oscar Wilde
    Oscar Wilde : "Je n'ai rien à déclarer hormis mon génie".
    Domaine public/Wikimedia Commons
    Oscar Wilde, le dandy par excellence, n'aimait que le beau. Sa dernière phrase? "Ou c'est ce papier peint qui disparaît, ou c'est moi"



     
     
     

    30 juillet 2011

    A la croisée des voies et des temps...

     


      L'Académie Française s'honore en accueillant Amin Maalouf, exemple vivant de la coexistence, que dis-je, de la consubstantialité et fraternité des peuples divers et de leurs cultures.Interview passionnante, lisez-la en entier :
    http://www.lepoint.fr/grands-entretiens/amin-maalouf-l-annee-2011-est-d-ampleur-homerique-21-07-2011-1357330_326.php

    ...en voici les dernières lignes :
    Je suis passionné par l'étymologie, notamment celle des mots que j'appelle "voyageurs", c'est-à-dire ceux qui ont fait des allers-retours entre diverses aires linguistiques. S'il fallait en choisir un, je prendrais "rose". En apparence, l'origine du mot paraît évidente, puisqu'il vient, comme chacun sait, du latin rosa,rosæ. Mais d'où vient rosa ? Du grec tardif rhodon, qui a également donné "rhododendron", et qui viendrait lui-même du grec archaïque wrodon, un vocable dont l'origine semble remonter à l'indo-européen wrdho, qui signifie "épine". En arabe, la rose se dit warda et en hébreu vered. Toutes ces langues d'Orient et d'Occident ont manifestement bu aux mêmes sources... J'aime à croire que des parentés culturelles se tissent au gré des migrations.

    Amin Maalouf : "L'année 2011 est d'ampleur homérique"

    Le Point.fr - Publié le 21/07/2011 à 17:17

    Élu à l'Académie française au fauteuil de Claude Lévi-Strauss, l'écrivain libanais Amin Maalouf, Prix Goncourt 1993 pour "Le rocher de Tanios", revient sur l'effervescence du "printemps arabe".

    Amin Maalouf : "L'année 2011 est d'ampleur homérique" "Le rocher de Tanios" d'Amin Maalouf, prix Goncourt 1993. © Tony Hage / Maxpp


    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

    26 juillet 2011

    Renaissance d'un écrivain maudit

     

     

    21 juin 2011

    Les Chimères, de Nerval

    Un très beau poème des "Chimères" de Nerval :

                            Delfica

    La connais-tu, Dafné, cette ancienne romance,
    Au pied du sycomore, ou sous les lauriers blancs,
    Sous l'olivier, le myrte, ou les saules tremblants,
    Cette chanson d'amour qui toujours recommence ?...


    Reconnais-tu le Temple au péristyle immense,
    Et les citrons amers où s'imprimaient tes dents,
    Et la grotte, fatale aux hôtes imprudents,
    Où du dragon vaincu dort l'antique semence ?...


    Ils reviendront, ces dieux que tu pleures toujours !
    Le temps va ramener l'ordre des anciens jours ;
    La terre a tressailli d'un souffle prophétique...


    Cependant la sibylle au visage latin
    Est endormie encor sous l'arc de Constantin
    - Et rien n'a dérangé le sévère portique.



    Lire quelques poèmes de Nerval :

    http://damienbe.chez.com/chimeres.htm

    10 juin 2011

    Jorge Semprun .2

       
         

     
     
    Une passionnante discussion ! lire tout :
    http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/culture/20110608...

    ------------------------------------------------

    Mort de Jorge Semprun : l'écrivain dans les débats de l'Obs

    Publié le 08-06-11 à 07:13    Modifié à 11:03     5 réactions

    L'écrivain franco-espagnol, résistant et déporté à Buchenwald, publiait un bel essai sur l'Europe et l'Allemagne. Le face-à-face avec Hans Magnus Enzensberger- Jorge Semprún.

    Jorge Semprun Sipa Jorge Semprun Sipa

    Article publié dans Le Nouvel Observateur du 18 mars 2010

    Le Nouvel Observateur. Votre livre "Hammerstein ou l'Intransigeance" est une biographie du général Kurt von Hammerstein et de son incroyable famille sous le nazisme. Pourquoi ?

    Hans Magnus Enzensberger. Il a été le seul, l'unique général allemand qui, au moment de la prise du pouvoir par Hitler en 1933, a tourné le dos au nouveau chancelier. Et il était le chef d'état-major de toute l'armée ! J'étais intrigué par ce personnage issu de l'aristocratie prussienne. J'en ai entendu parler la première fois dans les années 1950, mais il a fallu attendre l'ouverture des archives après la chute du communisme pour entreprendre les recherches, car la Russie et le Komintern ont aussi joué un grand rôle dans cette histoire familiale. Ma chance a été que les historiens officiels ont étrangement ignoré ce personnage
     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    09 juin 2011

    Jorge Semprun


       
         

     
     
    Une personnalité unanimement admirée et respectée... J'avoue à ma grande honte que je n'ai rien lu de lui... Qu'on me détrompe, vite : est-ce que, après avoir été un grand résistant, un grand lutteur, il ne se serait pas rangé sur ses vieux jours dans le camp douceâtre des politiquement corrects, ceux qui disent que le monde n'est pas beau mais qu'on n'y peut rien? Sincèrement, je souhaite me tromper.O.
    -----------------------------------------------------------------

    Il a été résistant, déporté à Buchenwald, scénariste pour Costa Gavras, ministre de la Culture en Espagne, académicien Goncourt à Paris. Mais Jorge Semprun, qui vient de mourir à l'âge de 87 ans, était peut-être surtout l'auteur d'un chef-d'oeuvre: «L'Ecriture ou la vie», publié en 1994. Jean-François Josselin l'avait alors lu, pour «le Nouvel Observateur».

    Né le 10 décembre 1923, l'écrivain et ancien ministre de la culture espagnol Jorge Semprún s'est éteint mardi 7 juin 2011. Entré dans la Résistance, puis déporté à Buchenwald, on lui doit notamment "L'écriture ou la Vie" (1994) et "Le mort qu'il faut" (2001).  SIPA / Bruno Coutier pour le Nouvel Observateur

    Né le 10 décembre 1923, l'écrivain et ancien ministre de la culture espagnol Jorge Semprún s'est éteint mardi 7 juin 2011. Entré dans la Résistance, puis déporté à Buchenwald, on lui doit notamment "L'écriture ou la Vie" (1994) et "Le mort qu'il faut" (2001). SIPA / Bruno Coutier pour le Nouvel Observateur

    lire l'article sur bibliobs.com

     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    07 juin 2011

    Jünger VS Céline


       
         

     
     
      Ernst Jünger , chose curieuse, est un écrivain mieux apprécié en France qu'en Allemagne. Il est une preuve  de la complexité infinie de l'être humain. Malgré son culte des valeurs militaires et son nationalisme, il ne peut être soupçonné de sympathies pour le nazisme.  A l'opposé, Céline,autre incarnation de la complexité humaine, a su se montrer un valeureux dragon lors d'un bref passage dans les rangs combattants de la première guerre mondiale, après quoi il opte pour une attitude résolument anti-militariste et anarchisante, tout en montrant une bonté réelle pour les enfants et les petites gens.. Mais ses pamphlets violemment antisémites  et sa position ambigüe pendant l'Occupation le rangent parmi les "salauds".

      Voici, selon Jünger, ce que dit Céline devant des militaires de la Wermacht, durant l'Occupation :

    "Il dit combien il est surpris, stupéfait, que nous, soldats, nous ne fusillions pas, nous ne pendions pas, n'exterminions pas les juifs... "
       et, plus bas "...Merline ( c'est le pseudo que donne Jünger à Céline dans ces pages), aussitôt après le débarquement ( des Alliés en Normandie) avait demandé des papiers à l'ambassade (d'Allemagne) et s'était déjà réfugié en Allemagne.. Curieux de voir comme des êtres capables d'exiger de sang-froid la tête de millions d'hommes s'inquiètent de leur sale petite vie..."
      Cité par David Alliot, "D'un Céline l'autre", Robert Laffont / Bouquins, mars 2011, pp 497,498

      Le mépris du soldat pour le pacifiste -et, il faut le dire, pour le traître. Mais Céline est un personnage d'une infinie complexité, qui ne peut être enfermé sous  l'opprobre d'un seul qualificatif. Le livre de David Alliot est un excellent guide pour partir à la découverte de ce grand écrivain. N'empêche que l'idée d'un hommage national a quelque chose de bouffon, relativement à un nihiliste comme Céline.O.
     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    02 juin 2011

    Etes-vous fan de Rousseau?


       
         

     
     
    - Moi, oui. Si vous passez par Chambéry, ne manquez pas "les Charmettes", la délicieuse maison de campagne où il découvrit l'amour dans les bras de Mme de Warens, qu'il appelait "maman" ! O.

    Moi, Jean-Jacques, 20 ans

    Le Point - Publié le 26/05/2011 à 08:02

    Portrait d'un Rousseau de l'aventure et de l'apostasie, d'avant les livres et la gloire, à l'âge de 20 ans.

    Moi, Jean-Jacques, 20 ans

    "Jean-Jacques Rousseau à 20 ans", de Claude Mazauric (éditions Au diable vauvert). © Rue des Archives/Mary Evans Picture Library (2006)

    À ne pas manquer
     
    "Si j'ai refusé plusieurs fois une fortune éclatante, c'est que j'aime mieux une obscure liberté qu'un esclavage brillant", écrit le jeune Jean-Jacques à son père en mai 1731. Du Rousseau avant Rousseau ! Mais un Rousseau de l'aventure et de l'apostasie, d'avant les livres et la gloire. Peut-on le croire ? Lui, l'illustre philosophe, fut, jeune homme, un voyageur de grand chemin.

    lire l'article :

    Livres

     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    22 mai 2011

    Un hippie avant la lettre...


       
         

     
     

    Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

    Le Point - Publié le 19/05/2011 à 19:40

    L'écrivain Thomas De Quincey entre dans la Pléiade. Mais qui était vraiment l'auteur de "De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts" ?




    Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

    Esprit curieux, Thomas de Quincey (portraituré par sir John Watson Gordon, vers 1845) est désormais publié en Pléiade. © DR

     

    Il faut imaginer De Quincey au fil de sa pauvre vie : dandy et paria, jeté dix fois en prison pour dettes, ami des prostituées de Londres, parcheminé comme un mandarin, amateur de secrets, d'extases, de meurtres, de vierges, de soupirs ("Suspiria de profundis"). La veille de sa mort, persécuté par les créanciers, il était encore capable de dicter sans notes, "à la Suétone", une histoire de l'Empire romain. Et il concevait un "Traité de fidélité à soi-même" lorsqu'une dose excessive d'opium ("poison doux et chaste...") l'endormit à jamais. Il laisse une oeuvre de trente volumes (dont l'édition de la Pléiade n'offre qu'un aperçu) que seuls quelques amateurs de curiosa visitent encore. Comme l'on s'attarderait dans un grenier envahi de poussière enchantée et gothique.

    Extrait. Lire tout sur le point.fr
     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    17 mai 2011

    Aimez-vous Brahms?


       
         

     
     
    ...euh...Céline, je voulais dire.
    Depuis peu, j'ai changé de camp. Je ne pouvais pas lire plus d'une demi-page du "Voyage au bout de la Nuit", et là je viens de me procurer tout ce qui existe en poche de Céline... en regrettant que notre tartufferie française refuse de regarder en face son antisémitisme. Car mon idée est que chez cet auteur, comme chez n'importe quel autre , TOUT doit être lu, compris, discuté et médité. Ainsi, l'antisémitisme de Céline, quand on connaît le personnage comme je suis en train de le découvrir, est quelque chose d'extrêmement complexe dans quoi entre une bonne part de provocation à but promotionnel. Cela dit, célébrer Céline en grandes pompes nationales, comme il en a été question cet hiver, aurait été bouffon ! Bon, on reviendra certainement sur cet auteur de premier plan, je suis en train de lire "D'un Céline l'autre" qui est un recueil de témoignages tout à fait passionnant !O.
    ---------------------------------------

    Céline, le mal français

    Le Point - Publié le 12/05/2011 à 10:52

    Trois mois après la polémique des célébrations nationales, la parution de "Céline", la monumentale biographie d'Henri Godard, plonge au coeur de la plaie ouverte de l'histoire littéraire française.

    Céline, le mal français

    "Céline", d'Henri Godard (éditions Gallimard). Photo : Louis-Ferdinand Céline à la sortie de son procès (au début des années 50). © Éclair Mondial/Sipa

     

    "Je sais mettre le doigt sur la plaie ! Pas mon pareil pour cet exercice." Le docteur Destouches avait de quoi se vanter en écrivant à son éditeur, Gaston Gallimard, en 1954. Un demi-siècle après sa disparition, la plaie qu'il a ouverte au sein de l'histoire littéraire française n'est effectivement pas près de se cicatriser, à en juger la polémique de début d'année autour de la présence - puis de l'exclusion - de l'écrivain dans les célébrations nationales. "Céline reste un auteur pas comme les autres", confirme Henri Godard. Professeur à la Sorbonne, ce spécialiste du roman français du XXe siècle, qui a aussi enseigné à Harvard et à Stanford, est l'universitaire qui connaît le mieux l'oeuvre de Céline, dont il publie aujourd'hui une monumentale biographie. "C'est quelqu'un qui suscite des avis tranchés, ajoute- t-il. Il y a ainsi toujours une partie de l'opinion qui le rejette complètement."

     

    lire la suite sur le point.fr


     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     
     

    02 mai 2011

    Un grand écrivain...

     

    ...commence à vivre dès qu'il est mort. O.
    -------------------------------------------------------

    Ernesto Sábato, la mort d'un grand d’Argentine

    Salué en son temps par Albert Camus, Thomas Mann et Witold Gombrowicz, l'écrivain argentin Ernesto Sábato est mort ce samedi 30 avril, dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires. Il avait 99 ans.


    L'écrivain argentin Ernesto Sabato est mort à l'âge de 99 ans dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires, a annoncé samedi à la presse son épouse, Elvira Gonzalez Fraga. Né le 24 juin 1911 à Rojas, dans la province de Buenos Aires, d'un père d'origine italienne et d'une mère d'origine italo-albanaise, Sabato était le principal auteur argentin encore en vie. (Sipa) L'écrivain argentin Ernesto Sabato est mort à l'âge de 99 ans dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires, a annoncé samedi à la presse son épouse, Elvira Gonzalez Fraga. Né le 24 juin 1911 à Rojas, dans la province de Buenos Aires, d'un père d'origine italienne et d'une mère d'origine italo-albanaise, Sabato était le principal auteur argentin encore en vie. (Sipa)

    Il y a tout de même des pays où l’on sait honorer ses grands écrivains. Ce week-end, dans les stades argentins, il paraît que chaque match de football a été précédé d’une minute de silence pour saluer la disparition d’Ernesto Sábato, à l’âge de 99 ans. Quand on sait un peu l’importance du foot en Argentine, on se dit que cet hommage-là n’est pas rien; mais c’est aussi, évidemment, que Sábato n’était pas n’importe qui.


    lire tout :
    http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110501.OBS2185/ernesto-sabato-la-mort-d-un-grand-d-argentine.html

    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     

    01 mai 2011

    Connaissez-vous Hubert Haddad?

     

    Un écrivain très attachant ! Et poète ! Allez vite lire l'article :
    http://www.lepoint.fr/grands-entretiens/hubert-haddad-je-ne-suis-pas-un-ecrivain-maudit-28-04-2011-1324933_326.php

    Hubert Haddad : "Je ne suis pas un écrivain maudit"

    Le Point.fr - Publié le 28/04/2011 à 12:48

    Auteur de plus de trente livres, Hubert Haddad vient de publier "Nouvelles du jour et de la nuit" (Zulma). Rencontre avec un écrivain aussi discret qu'authentique.

    Hubert Haddad : "Je ne suis pas un écrivain maudit"

    "Nouvelles du jour et de la nuit" de Hubert Haddad (éditions Zulma). © Khanh Renaud / Square

    À ne pas manquer

     
    Propos recueillis par Valérie Marin La Meslée.

    Poète et romancier, juif de Tunis émigré à Paris, il a exercé les métiers d'instituteur et d'éducateur de rue parmi bien d'autres, tout en construisant une oeuvre impressionnante. Hubert Haddad, l'auteur des Nouvelles du jour et de la nuit, écrit depuis près de quarante ans à la lisière de bien des mondes, étreignant le réel par le songe et l'actualité par la fiction. De L'univers au Nouveau magasin d'écriture, il a brassé tous les genres. Palestine, roman d'une terre déchirée, a fait sortir d'une trop grande discrétion cet écrivain de l'absolu, aux allures de "maudit", qui écrit pour retrouver la profondeur du monde.



    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
     

    Oscar Wilde, celui par qui le scandale...

     


    ...arrive. Dans l'Angleterre victorienne, prude et triomphante, il ne faisait pas bon afficher une quelconque liberté, et sexuelle moins que toute autre... Oscar Wilde l'expérimenta, qui dut passer par la case prison. Un grand écrivain, et un poète.

    "Le portrait de Dorian Gray", version non censurée

     

    Les presses universitaires d'Harvard viennent de publier la version originale - et sexuellement explicite - du roman d'Oscar Wilde.

    "Le portrait de Dorian Gray", version non censurée

    Oscar Wilde (1854-1900), dans un portrait découvert en 1945. © AFP


    Oscar Wilde était-il naïf, inconscient, provocateur ? Il n'y avait à l'évidence aucune chance que la revue londonienne à laquelle il adressa, en 1890, son premier Portrait de Dorian Gray ne le publie. Trop explicite quant à la sexualité des personnages, trop évidemment décadentiste, le texte subit une première censure acérée avant d'apparaître dans les pages du Lippincott's Monthly Magazine. Les coups de ciseaux ne le préservent cependant pas des coups de griffe : la critique de l'époque voue le roman aux gémonies. Pour la seconde édition, indépendante, de 1891, Oscar Wilde reprend une nouvelle fois son texte en l'accompagnant d'une préface, où il affirme, pour sa défense, la nécessité de dissocier l'esthétique des principes moraux.


    Lire tout :
    http://www.lepoint.fr/culture/le-portrait-de-dorian-gray-version-non-censuree-29-04-2011-1324823_3.php


    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

    19 décembre 2010

    Préférez-vous un Proust raté...

     

    ou un Bigard à point ?
    Proust (le comique) un petit génie qui monte ...O.
    ----------------------------------------------------------------

    Proust, l'écrivain raté

    Gaspard Proust, le jeune comique slovéno-suisse dont tout le monde parle, montre une belle plume dans un one-man show nourri à la littérature. Une fois n'est pas coutume, rions un peu avec un homme de lettres

    #yiv1894504272 .yiv1894504272obs09-article-boutils li.yiv1894504272obs09-facebook { background-image: none; padding-left: 8px; }#yiv1894504272 .yiv1894504272obs09-article-boutils li.yiv1894504272obs09-facebook a { text-decoration: none; color: rgb(0, 0, 0); }#yiv1894504272 .yiv1894504272obs09-article-boutils li.yiv1894504272obs09-facebook a:hover { text-decoration: none; }
    Gaspard Proust (Sipa) Gaspard Proust (Sipa)

    sur Bibliobs


    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

    14 décembre 2010

    On ferait bien d'y penser...

     

    ...la guerre est un art dans lequel les Chinois sont experts. C'est Sollers qui le dit.O.
    --------------------------------------------------------------------------------------

    La Chine en guerre

    C'est le plus ancien et célèbre des traités de stratégie militaire : «l'Art de la guerre» a été écrit par Sun-Tzu, un général chinois, cinq siècles avant Jésus-Christ. On y apprend que «gouverner, c'est détruire les parasites». Qu'en pense le président Hu Jintao?


    "Les 3 royaumes", de John Woo (2008) © Chengtian Entertainment Group/DR "Les 3 royaumes", de John Woo (2008) © Chengtian Entertainment Group/DR

    Oubliez un moment vos prédications morales, destinées, en général, à cacher vos mauvaises actions, et intéressez-vous de plus près à la guerre. Elle a lieu sans arrêt dans tous les domaines, le dernier, brûlant, étant celui des monnaies. Voici donc un nouveau géant qui n'en est qu'à ses débuts : la Chine. Ce n'est pas moral ? Eh non, c'est la guerre.

     

    Lire tout :

    http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20101206.OBS4291/la-chine-en-guerre.html


    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

    21 novembre 2010

    Lettres océanes

     

     

    Le Building où logent les écrivains en résidence à Saint-Nazaire

    Culture - le 18 Novembre 2010

    culture

    Saint-Nazaire, avec ou sans frontières

    Meet-ing, les rencontres littéraires internationales dont l’Humanité est partenaire, s’ouvrent aujourd’hui sur le thème « Franchir la frontière ». Invitées, Bruxelles et Moscou.

    La rencontre est un art et en littérature c’est un mode de vie. La huitième édition de « Meet-ing » n’est pas faite pour démentir ce constat. Elle vient à point nommé pour conclure les 
« Belles Étrangères » en un lieu magique, 
la base de sous-marins de Saint-Nazaire, transformée en abri où écrivains et amoureux de la littérature convergent pour parler livres dans toutes les langues du monde.

     

    lire tout :

    http://www.humanite.fr/17_11_2010-saint-nazaire-avec-ou-s...

     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

     

     

    20 novembre 2010

    D'où nous vient notre ouvroir?

     

     

    Réponse : de l'Oulipo !et de son adorable papa Raymond Queneau.O.
    --------------------------------------------------------
    Joyeux anniversaire

    L'OuLiPo a 50 ans

    Par Jacques Drillon

    Il y a cinquante ans, Raymond Queneau créait l'OuLiPo, Ouvroir de Littérature Potentielle : cercle d'auteurs réunis sous un joyeux gonfalon, ou plutôt un fier phylactère portant l'inscription : «La liberté par la contrainte». L'OuLiPo fête son anniversaire avec un volume des plus curieux. Du jamais fait, du jamais lu.

    Raymond-Queneau_1951_Afp.jpg
    (c)Afp
    Raymond Queneau en 1951.

    Paul Fournel, éminent membre de l'Ouvroir, avait écrit un recueil de portraits de sportifs («les Athlètes dans leur tête»), qui s'ouvrait sur celui du skieur, ou plutôt du Descendeur. «Mon métier, disait-il, consiste à descendre la montagne du haut jusqu'en bas. A descendre le plus vite possible. C'est un métier d'homme.»

    Ce que lisant, Hervé Le Tellier a eu l'idée de reprendre le texte phrase à phrase, mais en l'appliquant à un autre, en l'occurrence le Séducteur. «Mon art, dit-il, consiste à séduire les femmes au cours d'une soirée. A séduire le plus vite possible. C'est un art d'homme.» On voit à ce simple exemple où s'opère la translation. «Métier» devient «art», «descendre la montagne» devient « séduire les femmes », et ainsi de suite. Parfois, la phrase reste vierge, parfois elle subit les derniers outrages.

     

    Lire tout :

    http://bibliobs.nouvelobs.com/20101119/22398/loulipo-a-50...

     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

     

     

    L'exercice de l'esprit critique...

     

     

    ... est salutaire pour la santé.O.
    -----------------------------------------------

    Prix littéraires 2010

    Une critique acérée de la publicité remporte le Prix du Pamphlet

    Par Jonathan Reymond (Étudiant en journalisme)

    Lors d'une petite cérémonie organisée hier soir au palais de Tokyo, le Prix du Pamphlet 2010  a été attribué au Groupe Marcuse pour son livre «De la misère humaine en milieu publicitaire» (éd. la Découverte)

    Fondé par les éditions Anabet, le prix du Pamphlet récompense, depuis 2006, un ouvrage dont la forme comme le fond sont «salutaires à l'exercice du débat public». Cette année en partenaria avec BibliObs, un étonnant jury où l'on trouvait aussi bien l'entarteur Noël Godin que le chanteur Bernard Lavilliers ou la sociologue Nathalie Heinich, avait à départager dix ouvrages, traitant chacun d'un domaine précis comme l'environnement, la politique, l'économie, les médias, la culture... [=> voir la sélection complète]

    marcuse1_0.jpg

    Dans son ouvrage, le Groupe Marcuse (Mouvement Autonome de Réflexion Critique à l'Usage des Survivants de l'Economie) dénonce le «bombardement» publicitaire auquel nous sommes quotidiennement soumis, rappelant qu'«en France, plus de 20 milliards d'euros sont investis par an en publicité, [c'est-à-dire] trente fois plus que le budget du ministère de l'environnement».

    «Le système publicitaire est indispensable à l'expansion du consumérisme et du productivisme, dont les conséquences sont catastrophiques pour les hommes comme pour la nature. La publicité est le carburant idéologique de ce saccage : elle nous incite sans cesse à consommer tout en nous aveuglant sur les conséquences de cette hyperconsommation », peut-on notamment lire en quatrième de couverture du livre.

     

    lire tout :

    http://bibliobs.nouvelobs.com/20101119/22516/une-critique...
     
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

     

     

    15 novembre 2010

    Il a la dent dure, le père François !

     

    mauriac_1.jpg


      C'est vrai, il est sans pitié ! et dur avec lui-même, d'ailleurs. Voyez son dernier mot sur Cocteau, en guise d'oraison funèbre : «Je m'étonne qu'il ait pu faire quelque chose d'aussi simple et naturel que mourir.» !
      Touché-coulé ! J'aime beaucoup Cocteau, son brio, sa vivacité  (parlant de lui-même - il est son sujet préféré- il dit : vif-argent...) mais c'est vrai qu'il semble tout en surface, en exhibition, en paraître...face à la gravité mauriacienne...
      Tiens, c'est peut-être le moment de lire ou relire les grands romans de cet écrivain... et pourquoi pas d'aller dire un petit bonjour aux dessins, poèmes et oeuvres dramatiques de Cocteau? O.

    lire l'article sur Mauriac:
    http://bibliobs.nouvelobs.com/20101114/22391/le-mystere-m...
    -------------------------------------------------------------------------------------------------
    le blog de la Micronésie poétique
    http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
    et son forum:
    http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945