Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 mai 2015

Philippe Jaffeux : ALPHABET (13)

Et voici le dernier volet pour la page A.
 
 
UNE lecture du chapitre J
-----------------------------------------------------------
et d'abord, une lecture de la page A du chapitre J
-----------------------------------------------------------
suite
 
QUATRE MINIATURES
 
1. Le sang, l. 24 à 26
2. Science et sorcellerie, l.37 à 40
3. Totémisme, l 42 à 44
4. Avant-gardisme, l 46 à 59
 
  Les trois premières évoquent le sujet, et ce qui le préoccupe : son état de santé, et les efforts de la médecine, ou le recours aux pratiques magiques, sorcellerie , totémisme.La dernière met en scène sa pratique de l'écriture.
 
Le sang
l.25- globules rouges
l.25- circulation d'un sens (sang?)
l.25- l'organe
l.26- oxygéner
 
  Ici, le travail littéraire est justifié comme un besoin vital, presque une fonction biologique., à l'instar de la circulation sanguine. Le passage mérite d'être cité intégralement :
  "six cent cinquante globules rouges dévient la circulation d'un sens grâce à l'organe d'une couleur pour oxygéner les vingt-six noyaux d'un rectangle incontournable."
  Où l'on voit à l'oeuvre la technique de formation du sens propre à cet ouvrage , qui ne se fait pas par proximité syntaxique comme à l'accoutumée, mais par flottement et association libre, un peu comme dans la poésie chinoise (1)
 
Science et sorcellerie
l.37- un abcdefghij géométrique
l.37- une mesure colorimétrique
l.38- une écriture occulte
l.38- conjurer les sortilèges
l.39- une dimension scientifique
l.39- la dixième formule
l.39- un alphabet exorcisant
 
 A qui se fier, pour combattre le Mal ? Enfermé entre ces deux murs infranchissables, science et sorcellerie, l'homme est prisonnier de son destin.
 
Totémisme
l.42- ...tatoue l'angoisse d'un écrivain
l.43- un vide tabou
l.44- la peau d'une page
l.44- une ponctuation totémique
 
Quand tout recours est épuisé, il reste le surnaturel, la mystique des ancêtres : magie, vaudou, totémisme...Les ethnologues savent que les chamanes obtiennent des résultats que ne peut espérer la médecine des pays industrialisés.
 
Avant-gardisme
l.47 - une longueur d'onde avant-gardiste
l.49 - une couleur expérimentale
l.51 - une encre théorique
 
  Dans l' entretien avec Emmanuèle Jawad,publié sur Libr'critique, il a été question de la place où se voyait Philippe Jaffeux, dans la modernité littéraire... Quelque part entre l'avant-garde, l'expérimental, et le post-modernisme, a été la réponse. Et en effet, la rupture est béante entre ce qu'écrivent les contemporains et la prose de Philippe Jaffeux. Révolutionnaire, peut-on dire. En ce sens qu'elle ne ressemble à rien de ce qui s'écrit aujourd'hui, et que néanmoins c'est, sans conteste, de la poésie : un travail de la langue profond, expressif et complètement original. Une complète distanciation et paradoxalement un corps à corps sans merci.
 
ET APRES ?
 
  Dans le titre de cette étude, il était question d'une lecture du chapitre J. Nous venons de lire ( en supposant cette lecture bouclée, ce qui n'est jamais tout à fait vrai) la première page, il en reste donc vingt-cinq. Ce qui sera fait, mais beaucoup plus vite, sinon une vie n'y suffirait pas, tant la matière est dense !
 
à suivre
 
 

(1) François Cheng, L'Ecriture poétique chinoise, le Seuil, Points/Essais, 1996

06 mai 2015

Philippe Jaffeux : ALPHABET (12)

 
UNE lecture du chapitre J
-----------------------------------------------------------
et d'abord, une lecture de la page A du chapitre J
-----------------------------------------------------------
 suite
 
 
UNE LECTURE
(dans le titre ci-dessus, le mot a le sens d'interprétation )
nécessitant d'ailleurs plusieurs lectures (au sens de déchiffrement des lettres, syllabes, mots, phrases...)
de la page A révèle
 
-une abondance de qualificatifs de couleurs, ou plus exactement d'aspects des couleurs  (bariolé, incandescent, chatoyant etc...), ce qu'annonçait le titre du chapitre : TRICHRO MIE, placé sous le signe de trois couleurs, rouge, vert, bleu, qui sont trois couleurs primaires.On peut supposer que des couleurs primaires sont , comme les lettres de l'alphabet ou les chiffres de la numération, des constituants élémentaires non de la vie réelle, mais de la vie telle qu'elle apparaît à un sujet. La vie est un songe...
 
-de nombreux traits "poétiques" ou prétendus tels, l'ironie n'étant pas à exclure : dixième lettre enchantée, l'écho d'un jeu illisible, une page volcanique etc...Ces traits agissent comme des signaux, alertant le lecteur sur la possible qualification du texte comme prose poétique... ou son auto-destruction !
 
-beaucoup de mots récurrents (chaos, chromatisme, vingt-six; longueur d'onde, sens, etc...) qui toutefois ne semblent pas organisés aussi rigoureusement que la paire abcdefghij / écriture vue précédemment.Ces récurrences contribuent à la production de l' "effet mantra", litanie psalmodiée visant à conjurer un sort, ou favoriser un voeu, employée de tous temps et en tous champs culturels.
 
  Mais, surtout, une lecture attentive et répétée fait apparaître des thèmes (manifestés à travers la page entière) et des miniatures , expédiées en une phrase ou deux, appuyées sur trois ou quatre mots thématiques
 
TROIS THEMES
 
1- Le flux mental (moral)
 
l. 7 - la honte d'une lettre
l. 8 - la vibration irresponsable
l.12 - des blancs scrupuleux
l.13 - un silence coléreux
l.14 - apaiser un labyrinthe de vocables
l.18 - l'éveil d'une révolte...un premier équilibre sanglant
l. 27- l'audace mentale
l.28 - une longueur d'ondes miséricordieuse
l. 31- la gestuelle alarmante
l.50 - six cent cinquante nanomètres menaçants
 
  On sait déjà que les significations sont à rechercher ailleurs  que dans les proximités syntaxiques. Par exemple, dans "les blancs scrupuleux", il n'y a aucun rapport entre le substantif et son adjectif. Mais cela fonctionne très bien comme métonymie : c'est l'auteur qui, pour exprimer un scrupule, introduit des blancs dans son texte.Mais, quelquefois, même cette ressource nous est refusée, comme dans "six cent cinquante nanomètres menaçants", où l'on est bien forcé d'inventer une autre rhétorique !
  Cette thématique du mental /moral est de loin la plus représentée dans la page, agissant à son tour comme un signal : c'est le lyrisme qui se manifeste, nous disant une fois de plus : regardez, j'ai l'air d'une prose absurde, chaotique et vaine, mais je suis une douleur qui crie, un coeur qui saigne !
  Un mode d'expression qui sera en parfaite harmonie avec le thème suivant.
 
2. Le sujet caché
 
l.3 - pauses cachées... révélations clandestines
l.8 - vint-six masques
l.21- l'oeuvre d'un écrivain caché derrière le regard d'un analphabète
l.38- une écriture occulte
 
  Une thématique à la fois discrète et fortement marquée. La ligne 21 le dit clairement : ce sujet apparemment inculte (analphabète) est en réalité un écrivain, et caché. C'est au lecteur de ne pas se comporter en analphabète, et donc d'apprendre à lire !
  Discrétion, et présence forte, tel apparaît l'auteur à son lecteur.
 
2. La scène cosmique
 
l.6 - l'univers bariolé
l.19 - l'énergie électro-magnétique
l.32 - galactique...gravitation...
l.39 - scientifique
l.42 - l'énergie d'un vide
l.45 - quantum
 
  La scène cosmique vient en contrepoint du mental/moral, auquel elle s'oppose comme l'extérieur à l'intérieur, l'objectif au subjectif, le scientifique au lyrique, et le pivot en est le sujet caché. Car on n(oublie pas que cette chair, ce coeur, cette sensibilité parle sur une scène où jouent aussi les octets, le magma, les volcans, les galaxies. Façon de relativiser les sentiments, de les replacer dans le formidable théâtre de l'Univers. Où l(on voit une écriture poétique parfaitement à jour sur les dernières hypothèses cosmologiques, notamment celle de l'énergie du vide quantique.
 

à suivre