Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 mai 2015

Philippe Jaffeux : ALPHABET (12)

 
UNE lecture du chapitre J
-----------------------------------------------------------
et d'abord, une lecture de la page A du chapitre J
-----------------------------------------------------------
 suite
 
 
UNE LECTURE
(dans le titre ci-dessus, le mot a le sens d'interprétation )
nécessitant d'ailleurs plusieurs lectures (au sens de déchiffrement des lettres, syllabes, mots, phrases...)
de la page A révèle
 
-une abondance de qualificatifs de couleurs, ou plus exactement d'aspects des couleurs  (bariolé, incandescent, chatoyant etc...), ce qu'annonçait le titre du chapitre : TRICHRO MIE, placé sous le signe de trois couleurs, rouge, vert, bleu, qui sont trois couleurs primaires.On peut supposer que des couleurs primaires sont , comme les lettres de l'alphabet ou les chiffres de la numération, des constituants élémentaires non de la vie réelle, mais de la vie telle qu'elle apparaît à un sujet. La vie est un songe...
 
-de nombreux traits "poétiques" ou prétendus tels, l'ironie n'étant pas à exclure : dixième lettre enchantée, l'écho d'un jeu illisible, une page volcanique etc...Ces traits agissent comme des signaux, alertant le lecteur sur la possible qualification du texte comme prose poétique... ou son auto-destruction !
 
-beaucoup de mots récurrents (chaos, chromatisme, vingt-six; longueur d'onde, sens, etc...) qui toutefois ne semblent pas organisés aussi rigoureusement que la paire abcdefghij / écriture vue précédemment.Ces récurrences contribuent à la production de l' "effet mantra", litanie psalmodiée visant à conjurer un sort, ou favoriser un voeu, employée de tous temps et en tous champs culturels.
 
  Mais, surtout, une lecture attentive et répétée fait apparaître des thèmes (manifestés à travers la page entière) et des miniatures , expédiées en une phrase ou deux, appuyées sur trois ou quatre mots thématiques
 
TROIS THEMES
 
1- Le flux mental (moral)
 
l. 7 - la honte d'une lettre
l. 8 - la vibration irresponsable
l.12 - des blancs scrupuleux
l.13 - un silence coléreux
l.14 - apaiser un labyrinthe de vocables
l.18 - l'éveil d'une révolte...un premier équilibre sanglant
l. 27- l'audace mentale
l.28 - une longueur d'ondes miséricordieuse
l. 31- la gestuelle alarmante
l.50 - six cent cinquante nanomètres menaçants
 
  On sait déjà que les significations sont à rechercher ailleurs  que dans les proximités syntaxiques. Par exemple, dans "les blancs scrupuleux", il n'y a aucun rapport entre le substantif et son adjectif. Mais cela fonctionne très bien comme métonymie : c'est l'auteur qui, pour exprimer un scrupule, introduit des blancs dans son texte.Mais, quelquefois, même cette ressource nous est refusée, comme dans "six cent cinquante nanomètres menaçants", où l'on est bien forcé d'inventer une autre rhétorique !
  Cette thématique du mental /moral est de loin la plus représentée dans la page, agissant à son tour comme un signal : c'est le lyrisme qui se manifeste, nous disant une fois de plus : regardez, j'ai l'air d'une prose absurde, chaotique et vaine, mais je suis une douleur qui crie, un coeur qui saigne !
  Un mode d'expression qui sera en parfaite harmonie avec le thème suivant.
 
2. Le sujet caché
 
l.3 - pauses cachées... révélations clandestines
l.8 - vint-six masques
l.21- l'oeuvre d'un écrivain caché derrière le regard d'un analphabète
l.38- une écriture occulte
 
  Une thématique à la fois discrète et fortement marquée. La ligne 21 le dit clairement : ce sujet apparemment inculte (analphabète) est en réalité un écrivain, et caché. C'est au lecteur de ne pas se comporter en analphabète, et donc d'apprendre à lire !
  Discrétion, et présence forte, tel apparaît l'auteur à son lecteur.
 
2. La scène cosmique
 
l.6 - l'univers bariolé
l.19 - l'énergie électro-magnétique
l.32 - galactique...gravitation...
l.39 - scientifique
l.42 - l'énergie d'un vide
l.45 - quantum
 
  La scène cosmique vient en contrepoint du mental/moral, auquel elle s'oppose comme l'extérieur à l'intérieur, l'objectif au subjectif, le scientifique au lyrique, et le pivot en est le sujet caché. Car on n(oublie pas que cette chair, ce coeur, cette sensibilité parle sur une scène où jouent aussi les octets, le magma, les volcans, les galaxies. Façon de relativiser les sentiments, de les replacer dans le formidable théâtre de l'Univers. Où l(on voit une écriture poétique parfaitement à jour sur les dernières hypothèses cosmologiques, notamment celle de l'énergie du vide quantique.
 

à suivre

Les commentaires sont fermés.