Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 février 2015

Philippe Jaffeux : ALPHABET (4)

Voici le deuxième extrait choisi (j'en ai pris 9, au hasard)
 
Un contraste déréglé immobilise la seconde rotation d'un abécédaire planétaire avec des nuits démesurées une orthographe pernicieuse nourrit la fin d'une page qui ponctue l'appui bienfaisant d'une suite incorrigible.
  (Chapitre B )
 
Ces deux lignes, qui terminent le chapitre; finissent par un point  (contrairement à l'ensemble du chapitre qui n'est pas ponctué) annonçant le chapitre suivant. Le verbe ponctue fait d'ailleurs partie de la phrase.De même les mots fin, page et suite. Chaque chapitre du livre possède ainsi une finale particulière annonçant la suite.Nombreuses paires faites de substantif+adjectif, avec cette particularité que le rapport sémantique entre les deux termes est absent.Exception peut-être pour abécédaire planétaire (l(alphabet veut englober, ou désigner, le monde, avec renforcement du lien par la sonorité répétée et pour  nuits démesurées qui peut signaler les nuits d'insomnie. Et , à la relecture, le contraste déréglé peut être celui de l'écran et l'appui bienfaisant  le réconfort de pouvoir écrire une suite... incorrigible  - rebelle. L'extrait, qui de prime abord chaotique semble avoir trouvé ses mots dans un chapeau, prend miraculeusement sens pour suggérer une nuit sans fin consacrée à l'écriture.
 
à suivre
 

Les commentaires sont fermés.