Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 mai 2014

Lectures contemporaines : Philippe Beck .(7.23)

La question qui se pose maintenant est : de quel lieu s'agit-il? 
Trasimène évoque la campagne romaine, Planica les montagnes de Slovénie. Mais le géant aux cent mains, c'est la mythologie grecque, l'Île Sonnante la fantaisie rabelaisienne, corde et grille font se dresser la potence et l'ombre de la prison pour Villon le voyou cependant que Hermès-Villon évoque un curieux article signé Hermès, du collège François Villon à Chartres; et les "quatre fleuves de paradis" une mosaïque ancienne trouvée à Die (communication d'Escandille). Nous voilà perdus ! S'agirait-il d'un voyage aux nombreuses étapes, dans l'espace et le temps; dans la réalité et les chimères? Ou bien faut-il penser que Philippe Beck nous "balade" ? Une balade  non désagréable...O.
 

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/

Commentaires

J'ai lu et relu Lyre d'§ comme tu nous le conseilles, avec, en tête, les ruptures, régularités, références multiples à mythologie, écrivains,époques...c'et un paysage mais j'ai l'impression qu'il décrit un tableau...parcours difficile pour le lecteur, il faut s'accrocher!

Écrit par : chantal | 13 mai 2014

Moi j'y vois une illustration de cette phrase de Bernard de Chartres: Nous sommes des nains juchés sur les épaules d'un géant"et que chaque "déconstructyion" est possible grâce à ce qui a précédé.Escandille

Écrit par : Orlando | 13 mai 2014

Oui... peut-être un peu aussi oublier nos habitudes de lecteurs cartésiens, et nous accoutumer à la déconstruction-dissémination qui est au structuralisme ce que le non-figuratif est à l'Impressionnisme !
Bonjour Chantal. Vous n'êtes pas encore en Turquie?

Écrit par : Orlando | 13 mai 2014

on part vendredi;
pour moi,c'est plus facile devant une peinture de me laisser aller à déconstruction-dissémination...pour la langage, la fonction de communication fait parfois écran à la fonction poétique...mais j'aime cette exploration et s'y perdre fait partie du jeu, sinon le poétique n'existe plus.

Écrit par : chantal | 13 mai 2014

Les commentaires sont fermés.