Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 février 2014

Lettres à André Breton

Je vous disais que Nancy  écrivait bien... Lisez la carte qu'elle envoie à André Breton ( quand elle dit "nous", c'est elle et Aragon, bien sûr.)

Nancy Cunard à André Breton

Antibes, 2 septembre 1926

  Depuis quelques jours je vous destine cette carte. Que n'avez-vous vu Lourdes...C'est un monde en poussière, il y en a tant qu'on ne distingue pas la sueur - peut-être aussi que les fantômes qui s'y promènent ( toute l'assistance est morte) n'en ont pas. Par contre, les ex-votos, les marbres et les pierres vulgaires y suent - ainsi que les rosaires, les scapulaires, l'herbe (si l'on peut dire) , les "abris" et les murs des latrines. Valait mieux voir Lourdes que Lourdes délégué à Gavarnie. C'est un bouquet, et nous avons presque éclaté en sanglots devant les femmes faisant le geste de croix, la tête inclinée à gauche un peu partout.La Riviera est ignoble comme on sait - mais nous restons quelques jours. Je pense à vous.

Nancy

Chaque jour

 
                                   100106_garnier

 ce pays d’étangs
plein d’inquiétude
et qui se savent vieux

avez-vous vu la vieillesse des étangs ?

ce pays où les jeunes sapins trébuchent
qui n’ont plus qu’une fine couche d’humus
au-dessus de la craie

ce pays de jeunes sapins
qui crient comme les enfants dans la cour de l’école
que leurs paroles sont vivantes

ce pays de jeunes sapins et de jeunes enfants
aveugles sourds paralysés
parce qu’ils n’ont plus d’idées

ce pays de petits bois angoissés
qui ne voient plus un écureuil
ces petits bois dont les jeunes sapins sont vieux

ce pays où les êtres sont inquiets d’être

tout se continuait naguère par le chant

ce pays maintenant manque autant d’hommes
que de rossignols

les horloges prolifèrent

la mort est l’amie des agneaux

dans ce pays il n’y a plus de sources
les hommes les ont captées.

Pierre Garnier, Viola Tricolor, Poèmes, Éd. En Forêt / Verlag Im Wald, 2004, p.24


sur Poezibao
qui annonce la mort de Pierre Garnier

le dicton du jour

Qu'il pleuve ou qu'il vente à la Chandeleur
Crêpes et chandelles sont toujours à l'heure
O.

Qui je suis-t-il?

 
QUI JE SUIS-IL?
 
Un alpiniste ivre de
neige  d'azur
de lumière
un fripon un clown un froussard un éboueur

 habité de rêves
un gangster un fraudeur fiscal un
pervers sexuel
un camionneur un pantouflard un mélomane


distingué un correcteur d'imprimerie
un domestique un dictateur
un danseur mondain
un égoutier un électricien un métricien


un grammairien un rien
du tout
un acteur et peut-être même
 une star


qui signe des orthographes et fait des pubs
pour des couches-culottes
un humoristes un pouett pouett
un gardien de phare de cimetière ou un garde-barrière


un spéculateur un affameur
un banquier un boursicoteur
un wattman un bricoleur
un horloger un constructeur


un trafiquant un transporteur
un gagne-petit un démolisseur
un peintre un simulateur
un général un déserteur


bref j'aurais pu être tout ça
ou seulement deux ou trois de ces trucs-là
mais en fin de compte j'en suis à
 me demander sacré nom d'une pipe


qu'est-ce que  nom de d'là
qu'est-ce que je fiche là ?


O.

chaque jour

Poème pour être lu au mariage de Patrick Beurard par Jean-Pierre Bobillot

  •  

p pp p po pp p ppo ppop po popo porard rare, pas hard, dare dare po poa p pt potamoi m p b !
rare ah a a aaaaa po apo Apo l'a dit : moins linéaire que moi tu meurs rue Christine où tchin tchin Gherasim nous vidions des ptits verres en devisant en sirotant en rotant en citant des vers & des proses en rêvant poèmes élastiques diastoliques systoliques hydrauliques drolatiques hydropathiques sismiques remplis d'mimiques pathétiques ou simplement thétiques ou lyriques ou même épiques & d'clics & d'clacs de langu' & d'cloacs de voyell's & d'micmacs de consonn's & d'tac-au-tac & d'tits & d'tats & d'titanics & surtout simultanéiques.
& là hélas c'est le hic, Isabelle, ah poa ma mmm po bo m p b ma poama ma je suis en a en re en ra au ren au ma oh ma ragema ragema car je suis, j'me dis j'en ris, déjà jeudi lundi mardi j'rame je rard rien d'écrit j'me fais rare, c'est hard, j'me po faut quj'me porard...
& là je suis, j'peux l'dire très fort & même l'écrire, à Bel pas belge je je sais est un autre au Harar maquisard ma crise, Marquise, est d'amour vos beaux yeux toujours & j' "cours toujours au hasard aboli Bible & rot & ron & ron je ro je ron je po je rar je bo.
je suis une cour d'amour à moi tout seul je ro je ron je ronge je songe je ronne j'te sonne ces beaux sonnets sur la ronéo d'autrefois quel rodéo c'était ma foi mais toi & moi ah là quand j'me vois me voyant m'lisant & m'relisant sur mon écran c'est du nanan maint'nant dit le pohête crânement se redressant devant l'enfant d'une nuit d'Idumée en temps réel entends-moi bien, belle Isabelle!
entends ma voix & vois ma ma ma ragema ragema ma je m'ma je m'di je m'vois d'ici je suis à Bel, c'est fort ! je suis Caïn, ça craint ! hein, Isabelle ? je suis le noir le blanc le bon & le méchant la brute & le truand le pour & l'contre le jour la nuit la mort la vie le ying le yang le big bing & l'big bang l'alpha & l'oméga l'roméo l'mégalo 1'galop d'essai l'gallo-romain l'gros mot & l'gros malin le Tel le Quel & l'Infini aussi le grand soir & l'petit matin le barreau & le baratin le marteau & l'enclume la goutte d'eau & l'écume je suis Charles Martel Denis Papin les sœurs Papin j'suis la dernière des sœurs Tatin je suis Ali Babel & ses 40 volumes...
Ali Bi Ali Ba Belfort entends ma joie car mon ami Patrick Beurard se marre ici j'le vois, si, si mon ami Patrick Beurard-Valdoye s'met aussi d'la partie dans sa patrie, mais si ! j'le vois d'ici même qu'c'est pour ça quj'ai écrit ça Isa Belfort entendez-moi ah po poa a a aaaaa p pt potamoi m p b ma voix ma joie car, si, si ! mon ami Patrick Beurard se marie.



sur Sitaudis

  J'aime bien Jean-Pierre Bobillot - et Patrick  Beurard (-Valdoye) itou. Bien sûr j'en entends d'ici qui vont me dire que ce n'est pas de la poésie mais... c'est quoi la poésie ? ( et qu'on ne me dise pas comme un premier communiant : c'est des vers ! )
  Bon, allez, bonne lecture, et si vous avez envie de jouer, voici :

Trouvez dans ce texte trois (ou deux, ou une...) raisons de dire que c'est un poème ( ou que ce n'est pas un poème. ) On peut s'amuser à démontrer que c'en est un  et son contraire ! .O.