Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2011

11 ème Biennale d'Art Contemporain de Lyon

 

 
 
http://www.biennaledelyon.com/biennale/edition/lieux-biennales/sucriere,1.html

allez y voir, une quarantaine de photos vous donneront une idée des oeuvres exposées à la Sucrière


L'homme nu

L'une des premières oeuvres que vous découvrez , située dans une immense salle qu'elle occupe presque à elle seule, est remarquable parce qu'elle comporte un sujet vivant, un homme entièrement nu, à l'exception d'un harnais d'où partent un certain nombre (six? douze?) de longues cordes noires qui le rattachent aux énormes piliers de béton de la salle. L'homme se balance de tout son poids, avec une régularité de métronome, comme s'il voulait déplacer les piliers (les arracher?) - naturellement, il n'y arrive pas. Heureusement pour nous, on ne tient pas à voir s'écrouler le bâtiment. Vous pouvez revenir dans une heure, ce soir, demain, il continue à tirer sur ses cordes.

On pense à Sisyphe, remontant obstinément son rocher sur la montagne, ou à Samson, écartant les piliers du temple. Pour moi, il s'agit ici de la condition humaine, l'homme attaché à une tâche harassante et toujours à recommencer.La nudité de cet homme a aussi quelque chose de révoltant : nous, qui sommes vêtus, regardons un homme nu, qui semble ainsi ravalé à un rang d'esclave, ou de bête de somme. Finalement, il a sans doute accepté sa condition, accepté de s'exhiber dnas une situation humiliante, parce qu'il est payé ! Sa position n'est pas plus, ni moins , dégradante que celle d'un sujet se laissant photographier pour une pub imbécile, ou d'une "star" du porno. Ou d'un ouvrier travaillant à la chaîne. Ou du poinçonneur des Lilas !

A suivre.
 
 
 

Ludovic Degroote

 
 
 
 

Anthologie permanente : Ludovic Degroote

060905_pensee_des_mortsils disent :
nous n’avons plus de pente, plus de monde sur les épaules, la
pluie ne nous traverse plus au sec, elle suinte le long de l’os et
dégoutte sur la peau, notre tête moisit en premier et ça fait mal
dans leur bruit personne ne les entend.
Ils n’ont même plus assez de mémoire.
Ils sont définitivement penchés du même côté.
Il leur pousse des fleurs entre les pieds.
 
Ludovic Degroote, Pensées des morts, Tarabuste, 2003, p. 32.

sur Poezibao
 
 
 

14 novembre 2011

Le sport comme instrument politique



Pour voir le diaporama, cliquer sur le lien   EN IMAGES. Le sport au temps du nazisme
 
pour lire tout l'article, aller sur le site le Point.fr

 
 

Le sport européen à l'heure nazie

Le Point.fr - Publié le 12/11/2011 à 11:08 - Modifié le 12/11/2011 à 11:09

Le Mémorial de la Shoah revient sur les enjeux et les pratiques du sport en Europe entre 1936 et 1948.

Athlète au disque, photographie de Liselotte Grschebina, 1937. Liselotte Grschebina, photographe juive allemande, quitte l'Allemagne nazie en 1934 pour s'installer à Tel-Aviv.
Athlète au disque, photographie de Liselotte Grschebina, 1937. Liselotte Grschebina, photographe juive allemande, quitte l'Allemagne nazie en 1934 pour s'installer à Tel-Aviv. © Musée d'Israël

 

 


 
"Il faut les voir, ces athlètes squelettiques au visage terreux, à l'échine toujours courbée, ces crânes chauves et luisants, ces yeux pleins de panique, ces plaies purulentes, toutes ces marques indélébiles d'une humiliation sans fin, d'une terreur sans fond...". En 1975, Georges Perec imagine W : une île coupée du monde, entièrement dévouée à l'entreprise olympique ; une communauté dont la vie est rythmée par les compétitions, et où le sport est l'instrument privilégié de l'asservissement des corps et des esprits*.
 
 
 
__._,_.___

__,_._,___


06 novembre 2011

Femmes de tous les pays, unissez-vous !

 


 

 
Lire tout l'article sur ELLE

Manifestation contre les violences faites aux femmes

Elle –  il y a 17 heures
 
Clémentine Autain (Front de gauche) était réjouie samedi à Paris. " C'est l'effet après-DSK. Ça fait longtemps que je n'avais pas vu autant de monde à une manifestation pour les femmes. " Effectivement, plusieurs milliers de personnes - hommes et femmes - ont battu le pavé depuis la Place de la Bastille en direction de l'hôtel Matignon. Un rassemblement comptant de nombreuses organisations féministes, mais également un gros bataillon du Front de gauche, des militants des Verts Europe Ecologie, du PC, du NPA et - effectifs beaucoup plus maigres - du PS. " Le corps des femmes n'est pas une marchandise ni à prendre, ni à vendre ", ont scandé ensemble Eva Joly, Cécile Duflot, Henriette Zoughebi, élue PCF de Seine Saint-Denis et féministe résolue, Tristane Banon, admise un temps à leurs côtés.
" Un sujet majeur de la présidentielle "
La romancière de 32 ans a mis un point final aux poursuites contre DSK. Mais pas au combat féministe. Elle entend désormais se battre pour que la proposition de loi de Marie Georges Buffet, visant à allonger le délai de prescription dans les cas d'agression sexuelle de 3 à 10 ans soit adoptée à l'unanimité. " Dix ans c'est un minimum. Et pourquoi pas l'imprescriptibilité, cela existe au Canada ", a-t-elle déclaré à l'AFP cet après-midi. A quelques mois de la présidentielle, elle espère ainsi que cette mobilisation interpellera les candidats. Idem pour Clémentine Autain qui réclame que la violence faite aux femmes soit " un sujet majeur de la présidentielle ".
 
 

Logorama, oh yeah !



 
Vous avez vu Logorama ? Notre seul oscar 2010, et pas volé , c'est sûr ! Allez vite le voir !

http://www.bu2z.com/video/logorama-francais.html


 
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945