Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 novembre 2011

Ludovic Degroote

 
 
 
 

Anthologie permanente : Ludovic Degroote

060905_pensee_des_mortsils disent :
nous n’avons plus de pente, plus de monde sur les épaules, la
pluie ne nous traverse plus au sec, elle suinte le long de l’os et
dégoutte sur la peau, notre tête moisit en premier et ça fait mal
dans leur bruit personne ne les entend.
Ils n’ont même plus assez de mémoire.
Ils sont définitivement penchés du même côté.
Il leur pousse des fleurs entre les pieds.
 
Ludovic Degroote, Pensées des morts, Tarabuste, 2003, p. 32.

sur Poezibao
 
 
 

Les commentaires sont fermés.