Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 octobre 2011

Il observe les oiseaux...



 
 
Et il écrit, aussi. Le connaissez-vous?

«La classe moyenne américaine est un summum de vacuité»

18-08-11 à 16:06 par Le Nouvel Observateur 8 réactions

Un an après avoir fait la couverture du magazine «Time», Jonathan Franzen publie «Freedom», sans aucun doute l'événement de cette rentrée. Dans un (très) long entretien, il nous parle de la célébrité, de la dépression des classes moyennes, des années Bush, de Twitter... et de littérature.

Jonathan Franzen (Sipa) Jonathan Franzen (Sipa)
Combien d'écrivains, dans l'histoire du magazine «Time», ont eu les honneurs de sa couverture ? Une poignée : Salinger, Nabokov, Updike ou encore, plus récemment, Toni Morrison et Stephen King. C'est pourquoi le choix de Jonathan Franzen, 51 ans, pour succéder à ces prestigieux confrères fit l'effet d'une bombe dans les cercles littéraires américains. Plébiscité en 2001 pour son roman « les Corrections », Franzen n'avait encore publié que six ouvrages. De là à être considéré comme un nouveau Faulkner...
 
 

Les commentaires sont fermés.