Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juin 2011

Jorge Semprun


   
     

 
 
Une personnalité unanimement admirée et respectée... J'avoue à ma grande honte que je n'ai rien lu de lui... Qu'on me détrompe, vite : est-ce que, après avoir été un grand résistant, un grand lutteur, il ne se serait pas rangé sur ses vieux jours dans le camp douceâtre des politiquement corrects, ceux qui disent que le monde n'est pas beau mais qu'on n'y peut rien? Sincèrement, je souhaite me tromper.O.
-----------------------------------------------------------------

Il a été résistant, déporté à Buchenwald, scénariste pour Costa Gavras, ministre de la Culture en Espagne, académicien Goncourt à Paris. Mais Jorge Semprun, qui vient de mourir à l'âge de 87 ans, était peut-être surtout l'auteur d'un chef-d'oeuvre: «L'Ecriture ou la vie», publié en 1994. Jean-François Josselin l'avait alors lu, pour «le Nouvel Observateur».

Né le 10 décembre 1923, l'écrivain et ancien ministre de la culture espagnol Jorge Semprún s'est éteint mardi 7 juin 2011. Entré dans la Résistance, puis déporté à Buchenwald, on lui doit notamment "L'écriture ou la Vie" (1994) et "Le mort qu'il faut" (2001).  SIPA / Bruno Coutier pour le Nouvel Observateur

Né le 10 décembre 1923, l'écrivain et ancien ministre de la culture espagnol Jorge Semprún s'est éteint mardi 7 juin 2011. Entré dans la Résistance, puis déporté à Buchenwald, on lui doit notamment "L'écriture ou la Vie" (1994) et "Le mort qu'il faut" (2001). SIPA / Bruno Coutier pour le Nouvel Observateur

lire l'article sur bibliobs.com

 
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
 
 

Les commentaires sont fermés.