Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 mai 2011

Un hippie avant la lettre...


   
     

 
 

Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

Le Point - Publié le 19/05/2011 à 19:40

L'écrivain Thomas De Quincey entre dans la Pléiade. Mais qui était vraiment l'auteur de "De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts" ?




Thomas De Quincey, le virtuose du bizarre

Esprit curieux, Thomas de Quincey (portraituré par sir John Watson Gordon, vers 1845) est désormais publié en Pléiade. © DR

 

Il faut imaginer De Quincey au fil de sa pauvre vie : dandy et paria, jeté dix fois en prison pour dettes, ami des prostituées de Londres, parcheminé comme un mandarin, amateur de secrets, d'extases, de meurtres, de vierges, de soupirs ("Suspiria de profundis"). La veille de sa mort, persécuté par les créanciers, il était encore capable de dicter sans notes, "à la Suétone", une histoire de l'Empire romain. Et il concevait un "Traité de fidélité à soi-même" lorsqu'une dose excessive d'opium ("poison doux et chaste...") l'endormit à jamais. Il laisse une oeuvre de trente volumes (dont l'édition de la Pléiade n'offre qu'un aperçu) que seuls quelques amateurs de curiosa visitent encore. Comme l'on s'attarderait dans un grenier envahi de poussière enchantée et gothique.

Extrait. Lire tout sur le point.fr
 
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
 
 

Les commentaires sont fermés.