Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mai 2011

Un grand écrivain...

 

...commence à vivre dès qu'il est mort. O.
-------------------------------------------------------

Ernesto Sábato, la mort d'un grand d’Argentine

Salué en son temps par Albert Camus, Thomas Mann et Witold Gombrowicz, l'écrivain argentin Ernesto Sábato est mort ce samedi 30 avril, dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires. Il avait 99 ans.


L'écrivain argentin Ernesto Sabato est mort à l'âge de 99 ans dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires, a annoncé samedi à la presse son épouse, Elvira Gonzalez Fraga. Né le 24 juin 1911 à Rojas, dans la province de Buenos Aires, d'un père d'origine italienne et d'une mère d'origine italo-albanaise, Sabato était le principal auteur argentin encore en vie. (Sipa) L'écrivain argentin Ernesto Sabato est mort à l'âge de 99 ans dans sa maison de Santos Lugares, dans la province de Buenos Aires, a annoncé samedi à la presse son épouse, Elvira Gonzalez Fraga. Né le 24 juin 1911 à Rojas, dans la province de Buenos Aires, d'un père d'origine italienne et d'une mère d'origine italo-albanaise, Sabato était le principal auteur argentin encore en vie. (Sipa)

Il y a tout de même des pays où l’on sait honorer ses grands écrivains. Ce week-end, dans les stades argentins, il paraît que chaque match de football a été précédé d’une minute de silence pour saluer la disparition d’Ernesto Sábato, à l’âge de 99 ans. Quand on sait un peu l’importance du foot en Argentine, on se dit que cet hommage-là n’est pas rien; mais c’est aussi, évidemment, que Sábato n’était pas n’importe qui.


lire tout :
http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20110501.OBS2185/ernesto-sabato-la-mort-d-un-grand-d-argentine.html

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
 

Les commentaires sont fermés.