Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2011

et moi aussi, je suis un monstre...

 


A chacun son monstre

De Caïn aux sœurs Papin, J.-B Pontalis s’en prend au criminel, à l’assassin, au meurtrier dans un petit volume à la fois savant et perspicace.


J.-B. Pontalis (© BISSON/Sipa) J.-B. Pontalis (© BISSON/Sipa)

On aime beaucoup ce petit volume à la fois savant et tranquille, perspicace et modeste. J.-B Pontalis s’en est pris cette fois au criminel, à l’assassin, au meurtrier – il s’explique sur les nuances entre ces termes. Puisque «la barbarie ne s’oppose pas à la civilisation mais est au cœur de la civilisation», il muse en être civilisé parmi ceux, civilisés tout autant, qui ont «passé à l’acte». Lui, protégé par le destin du court-circuit terrible qui vous fait empoigner soudain le couteau, le pistolet, le marteau, reste «un criminel innocent».

Violette Nozière, le curé d’Uruffe, les sœurs Papin (arrêtées par deux gardiens de la paix nommés Ragot et Vérité, puis examinées par le docteur Logre – tout cela fascina Lacan) sont des cas presque splendides, qu’il examine avec son discernement naturel.

 

Lire la suite, sur Bibliobs



le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
 

Les commentaires sont fermés.