Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 janvier 2011

Heureusement qu'il est toujours là !

 

Diderot, avec Rousseau, Voltaire, Montesquieu et les autres ! ceux qu'on appelle les Lumières, et que des esprits tordus de notre époque thermidorienne veulent rendre responsables de tous les maux ! Oui, ils sont responsables de l'ouverture d'esprit, de la curiosité intellectuelle, de la chute des interdits et des autorités, qui va avec le développement de l'esprit critique , tout ce que la culture française a de meilleur; Magnifique portrait de Fragonnard, et bel article de Philippe Sollers, qui est presque notre Diderot contemporain, sauf qu'il est allé s'agenouiller devant le pape et qu'il n'a pas été embastillé ( à moins qu'on ne considère les plateaux télé comme des bastilles? ) Vive Diderot !O.

Diderot bouge encore

Les «Œuvres philosophiques de Diderot sortent en Pléiade. L'occasion de se plonger dans des textes connus, comme «le Rêve de d'Alembert», ou moins connus, tel l'«Essai sur les règnes de Claude et de Néron»

#yiv1237881053 .yiv1237881053obs09-article-boutils li.yiv1237881053obs09-facebook { background-image: none; padding-left: 8px; }#yiv1237881053 .yiv1237881053obs09-article-boutils li.yiv1237881053obs09-facebook a { text-decoration: none; color: rgb(0, 0, 0); }#yiv1237881053 .yiv1237881053obs09-article-boutils li.yiv1237881053obs09-facebook a:hover { text-decoration: none; }
Denis Diderot peint par Fragonard (© Gianni Dagli Orti/Picture Desk/ AFP Denis Diderot peint par Fragonard (© Gianni Dagli Orti/Picture Desk/ AFP

Le 7 juillet 1746, le Parlement de Paris condamne un livre à être «acéré et brûlé, comme scandaleux, contraire à la religion et aux bonnes mœurs». Le volume est faussement publié à La Haye, «aux dépens de la Compagnie», et il circule sous le manteau, sans nom d’auteur. Ce dernier a 33 ans, et fera beaucoup parler de lui par la suite. Il s’appelle Denis Diderot, son livre s’intitule «Pensées philosophiques», et il porte sur la page de titre cette inscription en latin: «Ce poisson n’est pas pour tout le monde.» En effet, et la censure l’a vite compris, comme elle le comprendra devant le plus dangereux des livres: l’«Encyclopédie».



le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Commentaires

Bonjour,

L’intérêt que vous portez à Voltaire m’incite à vous indiquer ceci :

Il y a deux ans une lecture attentive de sa Correspondance (treize volumes à la Pléiade) m’a conduit à publier un livre dont le contenu ne cesse de me surprendre, dans la mesure où la mise en relation de 1500 extraits environ de cette même Correspondance et des événements historiques sous-jacents ne paraît pas pouvoir laisser place au moindre doute sur le caractère délibérément faussé de l’image qui nous a été donnée de ce personnage.
Je souhaiterais vivement que vous puissiez partager mon extrême surprise en consultant, si vous le voulez bien, la rubrique "livres" du site :
www.cunypetitdemange.sitew.com

Tout à la fin de cette rubrique, là où apparaît une reproduction de la couverture de "Voltaire – L’or au prix du sang", un clic sur le mot "Voltaire" (à gauche, en bleu) vous permet d’accéder aux quarante premières pages du livre lui-même.
Cette façon quelque peu abrupte de venir vers vous ne fait sans doute que rendre compte de mon propre désarroi, car, si je ne me trompe pas, un énorme travail de réinterprétation reste à faire, et non sans conséquences diverses…

Très cordialement à vous,

Michel J. Cuny

Écrit par : Michel J. Cuny | 15 avril 2012

Les commentaires sont fermés.