Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2010

Il a la dent dure, le père François !

 

mauriac_1.jpg


  C'est vrai, il est sans pitié ! et dur avec lui-même, d'ailleurs. Voyez son dernier mot sur Cocteau, en guise d'oraison funèbre : «Je m'étonne qu'il ait pu faire quelque chose d'aussi simple et naturel que mourir.» !
  Touché-coulé ! J'aime beaucoup Cocteau, son brio, sa vivacité  (parlant de lui-même - il est son sujet préféré- il dit : vif-argent...) mais c'est vrai qu'il semble tout en surface, en exhibition, en paraître...face à la gravité mauriacienne...
  Tiens, c'est peut-être le moment de lire ou relire les grands romans de cet écrivain... et pourquoi pas d'aller dire un petit bonjour aux dessins, poèmes et oeuvres dramatiques de Cocteau? O.

lire l'article sur Mauriac:
http://bibliobs.nouvelobs.com/20101114/22391/le-mystere-m...
-------------------------------------------------------------------------------------------------
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.