Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 octobre 2010

Ils sont cinglés, les Amerloques?

 

 

 
 

Culture - le 9 Octobre 2010

culture. Petit écran

L’Amérique de Solondz, un vrai monde de cinglés

Life during wartime, de Todd Solondz (DVD, France Télévisions, 19,99 euros).

Dix ans après Happiness, le pourfendeur acerbe de la middle class américaine revient aux affaires, reprenant, avec d’autres actrices, ses trois personnages des sœurs Jordan : Joy, la frêle végétarienne qui ne sait plus où en est son couple ; Trish, la mère de famille bourgeoise dont le mari s’est révélé être un pédophile et qui ne rêve plus que d’un homme « normal » (une denrée rare chez Solondz) ; et enfin Helen, l’artiste à succès qui passe son temps à vous pardonner des insultes qu’elle vous balance à la figure. De leur New Jersey natal, celui aussi du réalisateur qui y a situé tous ses films, deux des trois sœurs ont émigré vers la Floride, filmée ici comme le monde factice du Truman Show, oasis de résidences surveillées toujours gorgées de soleil. Rassurez-vous pourtant, le désordre est bien là, dans la tête de chacun des personnages, tous portés par des comédiens excellents. La palme revenant peut-être à Allison Janney (Trish), parfaite « ménagère de près de cinquante ans », borderline à souhait, qui partage ses boîtes de Prozac avec sa petite-fille et ses émois amoureux avec son fils aîné. La satire est féroce, appuyée même, parfois brillante, comme lors de cette rencontre au bar d’un hôtel entre Ciaran Hinds (le père pédophile) et Charlotte Rampling (une femme d’un âge avancé en quête d’un amant pour la nuit).

 

Alexandre Fache

 
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945
 
 

 

 

20:20 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.