Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 septembre 2010

Il comptait tout, j'adore ça...

 

 

Jean-Echenoz©Helene-Bamberger.jpg
©Helene Bamberger
Né en 1947, Jean Echenoz a reçu le prix Goncourt en 1999 pour «Je m'en vais». Il est l'auteur de douze romans.


Après Ravel et Zatopek...

L'illuminé d'Echenoz

Après s'être intéressé à Ravel et Zatopek, Jean Echenoz signe «Des éclairs» : c'est le coup de foudre d'un grand romancier pour Nikola Tesla, l'inventeur du courant alternatif  

Cet écrivain a inventé un genre littéraire, mais il ne lui a pas donné de nom. Dommage, ça mériterait. Il est vrai que nommer sa trouvaille lui conférerait un statut que l'auteur n'a jamais songé qu'à fuir, son propos, original dans son ambiguïté, l'installant à mi-chemin du roman et de la biographie. En apparence, Echenoz est occupé depuis quelques années à retoucher des figures célèbres. Il a fait ainsi passer d'illustres existences par son petit atelier de révision : le musicien Ravel, le coureur Zatopek, aujourd'hui l'ingénieur Tesla. Du nanan, à lire.

 

" Il est maniaque (il compte tout, les marches qu'il gravit, ses coups de fourchette à table, les pigeons dans la rue) et donc antipathique" - on est antipathique quand on est maniaque?

Lire tout :
http://bibliobs.nouvelobs.com/20100923/21456/lillumine-de...
------------------------------------------------------------
 
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

 

 

Les commentaires sont fermés.