Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 août 2010

Poésie : la poésie se vend-elle au marché?

 


C'était en juin ! Et je n'ai rien vu, pauvre de moi ! Promis, le prochain je ne le manquerai pas...Et je vous tiendrai informés.O.
-----------------------------------------------------------------

quelques lieux

de haute énergie

Je ne saurais citer ici tous les livres qui le mériteraient ; tous les auteurs, connus ou moins connus ; tous les éditeurs, petits ou grands… J’évoquerai juste quelques titres qui ces derniers temps ont retenu tout particulièrement mon attention et dont je pense qu’ils devraient pouvoir trouver leur interlocuteur.

Le dernier arrivé est édité dans la collection « Poésie Gallimard », après l’inattendu le Peu du monde de Kiki Dimoula, paru à l’occasion du dernier Printemps des poètes, il s’agit de la reprise de deux grands livres de Franck Venaille, la Descente de l’Escaut et Tragique. Restons chez Gallimard, dans sa collection blanche, trois titres : le surprenant Sur l’épaule de l’ange d’Alexandre Romanès, un livre gitan dont la douceur « fait éclater la vitre de la mort », selon les mots de Christian Bobin dans sa préface ; Derrière le dos de Dieu de Lorand Gaspard nous mène vers quelques lieux de haute énergie en des poèmes où « esprit et corps sans ligne de partage/jouent de tous leurs doigts, de toute leur chimie/d’idées et d’images » ; enfin, Entre nuit et soleil de Lionel Ray, à propos duquel j’ai plaisir à citer Lettres imaginaires, vers et proses paru aux Écrits du nord, éditions Henry, car le lecteur y trouvera un échange de lettres entre Laurent Barthélémy, auteur fictif de l’invention des bibliothèques (Gallimard) et Lionel Ray.

Je ne saurais passer sous silence les Paysages du ciel de René Schickele (prix du patrimoine Nathan Katz 2010) que publient les éditions Arfuyen en même temps que Plus loin dans l’inachevé de Pierre Dhainaut (prix littéraire Jean-Arp 2010) et toujours, ajouterais-je, à la lumière des poèmes. Comment oublier le Demain dessus demain dessous, premier recueil posthume d’Henri Meschonnic ? Impossible, sans saluer la fidélité des éditeurs à celui qui écrit : « tu es là et je suis là/les yeux fermés du bonheur/pour voir la vie : qui nous passe demain dessus/sans savoir où nous allons ». Que ceci me soit l’occasion de signaler le livre de Jacques Ancet, Puisqu’il est ce silence, paru aux éditions Lettres vives, prose d’hommage à Henri Meschonnic.

 

Lire tout :

 

http://humanite.fr/18_06_2010-l%E2%80%99improbable-carava...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.