Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03 août 2010

C'est vrai que cette pièce montée est d'anthologie !

 

...

<!--DIV {margin:0px;}-->
Un dictionnaire de ses citations

Dans Flaubert, tout est bon

Par Jacques Drillon

Où il est question de pièce montée, de carottes de tabac, de perroquet, de positivisme, de Byron, et surtout de style. A faire enrager le lecteur...

Ce gros dictionnaire n'est pas un recueil de dissertations. Il est plutôt une immense série d'entrées, souvent brèves, presque toujours inattendues, composées en grande partie de citations : Flaubert, bien sûr (oeuvres et correspondance), mais aussi Du Camp, les Goncourt, et autres contemporains. C'est en quelque sorte le Monde selon Flaubert. Tant il est vrai qu'à l'instar de Balzac ou de Proust il n'est guère de sujet sur lequel il n'ait eu son idée, ou plutôt sa phrase, « ficelée comme des andouilles et des carottes de tabac », et qui ne lui est venue qu'après avoir « masturbé le vieil art jusque dans le plus profond de ses jointures », non sans quelque regret « qu'aussitôt née, l'idée n'eût pas sa forme toute faite ».

Gustave-Flaubert_Goldner-Sipa.jpg
(c)Goldner - Sipa
Gustave Flaubert (1821-1880).

Ouvrons le livre page 554 : on y trouve « Port », « Portrait », « Portrait de Lord Byron », « Poses plastiques » (un scénario de conte), « Positif », « Position », « Positivisme », « Postérité », « Potage », « Pou », « Pouchet » (celui qui défendait la génération spontanée) et « Pouchet », fils du précédent, qui a renseigné notre auteur sur les maladies du perroquet. On voit à ce bref listage que tout est dans ce livre, puisque tout est dans Flaubert.

Ainsi, faisant face à l'entrée « Phrase », on trouve une notice consacrée à l'expression « Pièce montée », qui reprend une seule phrase, justement, extraite de « Madame Bovary », laquelle décrit, de bas en haut, un incroyable gâteau de mariage. Une phrase comme nul ne sait plus en faire, une phrase parfaite, large à sa base, allant s'étrécissant d'étage en étage vers les « deux boutons de rose naturels, en guise de boule, au sommet ». Cet « au sommet » conclusif, et qui achève l'édifice en trois syllabes fragiles, quoique savamment posées, vous donne envie de relire tout le livre.

 

Lire la suite :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100723/20586/dans-flauber... le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

23:53 Publié dans PROSES | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.