Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juillet 2010

Miles Davis, Imperator

 


Il a été l'un des plus grands, beaucoup de musiciens d'aujourd'hui lui doivent beaucoup ! O.
---------------------------------------------

Un été de festivals

Publié le 22/07/2010 à 13:03 lepoint.fr

NUITS DE LA GUITARE DE PATRIMONIO

Marcus Miller : "Miles Davis m'a donné confiance en moi"

De notre envoyé spécial à Patrimonio, Sacha Reins

Marcus Miller : "Miles Davis m'a donné confiance en moi"

Tout l'été durant, Le Point.fr prend la route du jazz dans le sillage de Sacha Reins. Chaque jour, vivez un moment fort. Avant Jazz in Marciac dans le Gers (du 30 juillet au 15 août), nous faisons escale aux Nuits de la guitare de Patrimonio en Corse (jusqu'au 24 juillet).

Mercredi soir, pour le quatrième concert des Nuits de la guitare de Patrimonio, les guitares étaient basses et les deux musiciens programmés, les maîtres incontestés de cet instrument : Richard Bona - qui revenait du Festival de jazz de Montréal - et Marcus Miller. Cinquante et un ans, New-Yorkais aujourd'hui installé à Los Angeles, Miller a appris la musique avec son père organiste pour l'église du quartier. À 22 ans, il rencontre Miles Davis. Dès lors, sa carrière s'envole, sa vie prend un sens. Il était à Patrimonio pour revisiter avec son groupe Tutu, l'album de la renaissance de Miles qu'il a produit et composé pour le maître. Rencontre avec l'artiste, très tard dans la nuit, après que celui-ci a invité Richard Bona à le rejoindre sur scène pour une rencontre au sommet des stars de la basse contemporaine.

Comment Miles Davis a-t-il donné un sens à votre vie de musicien ?

Marcus Miller : Tout simplement en m'obligeant à me trouver un son et un style. Je jouais déjà de la basse et j'avais déjà accompagné beaucoup de musiciens issus des milieux les plus divers, pop, rock, jazz, funk... Quand on est musicien de studio à New York, il faut savoir tout jouer. Mais j'étais bien conscient que pour être digne de Miles, je devais trouver quelque chose de nouveau. Je ne voulais pas jouer comme un autre bassiste.

 

Lire la suite :

http://www.lepoint.fr/chroniques-ete-festivals/marcus-mil...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

10:22 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.