Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juillet 2010

Marcheur infatigable...

...


Jacques Lacarrière, amoureux de la Grèce, de ses sentiers, de son histoire... Un "marcheur infatigable"... que  Antonio Machado aurait accompagné...O.

---------------------------------------------

«L'Été grec» de Jacques Lacarrière

Par Sylvie Prioul

En 1976, Jacques Lacarrière racontait comment il avait arpenté la Grèce pendant vingt ans. Depuis, le pays a bien changé, mais son livre est resté

« Ce bloc de 45 francs de signes imprimés dégage des odeurs insistantes et des parfums tenaces.» C'est ainsi que Claude Roy présentait « l'Eté grec » dans « le Nouvel Observateur » du 15 mars 1976.

 

L-ete-grec-Jacques-Lacarriere.jpg

Trente-quatre ans plus tard, il en coûte 7,80 euros pour plonger à nouveau dans ce monde de senteurs mêlées, « résine, térébinthe, myrrhe, thym, origan, sauge et menthe sauvage. Et la terre elle-même, son goût de poussière sèche, de cendre ambrée ».

Cette terre grecque, Jacques Lacarrière l'a arpentée vingt années, la découvrant pour la première fois en 1947 avec la troupe du Théâtre antique de la Sorbonne :

« L'essentiel de ce que j'appris au cours de mon premier voyage, c'est que la Grèce existait toujours. Il y avait bien ici ou là des ruines, mais il y avait aussi et surtout une terre qui s'appelait encore la Grèce et qui était peuplée de Grecs.»

Cette Grèce est alors en pleine guerre civile et, tandis qu'il se rend à Delphes, dans la zone tenue par les partisans communistes, il se sent délivré à jamais « du mirage des pierres ». Iakobos - Jacques - reviendra dans ce pays tous les étés, jusqu'à la prise du pouvoir par les colonels en 1967, avec son vieux sac de couchage bleu.

Grece_Daniel-Thierry_Photononstop_AFP.jpg
(c)Daniel Thierry-Photononstop-AFP
Marcheur infatigable, il nous entraîne dans la Grèce byzantine, à Athos, de monastère « à vin » en monastère « à raki », évitant les trop pressantes avances de certains moines, guérissant à Prodromos d'une forte fièvre par une friction d'huile de foetus de rat, et interrogeant Nikône, l'ermite russe de Karoulia.

Lire la suite :
http://bibliobs.nouvelobs.com/20100713/20453/lete-grec-de...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

02:24 Publié dans PROSES | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.