Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juin 2010

Abdellatif Laâbi


Anthologie poésies du cri 1  : Abdellatif Laâbi

qui m’assassine dans ma race
chaque millénaire
et pousse
fagots de greffes
sur mon passage
qui donc remue mes racines
je me remémore
il n’y avait pas d’eau à l’origine
mais un roulis d’ergs comme une caravane flottante de continents
un tangage de dunes
il n’y avait que le tam-tam des mutations
une levée de carnassiers
et moi barde-crocodile
me délectant de lave
il n’y avait que la présence sulfureuse du feu
l’ail putride des hautes tensions
les crêtes fétides de sauriens



chaque jour
dans mon hibernation
je me remémore
la nuit avait obliqué
éteinte dans la spirale des flammes
une glaise élastique s’entassait sur mon front
des singes transhumants ricanaient
étais-je totem
menhir saharien
ou cette corporelle éclaircie de la foudre





Abdellatif Laâbi, Œuvre poétique I, la Différence, 2006, pp. 75-76

Ce poème d'Abdellatif Laâbi a été choisi par Alain Marc pour son anthologie en ligne publiée sur Poezibao , "Poésies du cri". Il y a malheureusement un clash entre Florence Trocmé et Alain Marc, pour en savoir plus :
http://poezibao.typepad.com/files/lettre-ouverte-%C3%A0-p...

Personnellement je trouve ce conflit assez pitoyable. Florence Trocmé est chez elle, elle n'est pas tenue de laisser paraître sur son site des textes qui lui déplaisent.O.
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Les commentaires sont fermés.