Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31 mai 2010

Le grand Charles, c'est une plume...

Lun 31 mai 2010, 11h 14min 55s

... Mais..."le dernier grand écrivain", faut tout de même pas exagérer. Il y a quand même BHL... et Sollers.Vive Philou.O.

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

"De Gaulle est le dernier grand écrivain de la France"

Par Jérôme Dupuis, publié le 27/05/2010 à 07:00

 

Le Général a toujours entretenu des rapports étroits avec la littérature et ses meilleurs auteurs. Editeur de Charles de Gaulle en Pléiade, Jean-Luc Barré décrypte son inclination pour les lettres.

L'entrée des Mémoires de guerre de Charles de Gaulle au programme de français des classes terminales a suscité une polémique. Le Général est-il un écrivain ?

Ce statut lui était déjà reconnu de son vivant par Mauriac, Camus ou Claudel. Un mémorialiste, je pense entre autres au cardinal de Retz ou même à Churchill, peut aussi être un écrivain. Charles de Gaulle est sans doute le dernier grand écrivain de la France, dans la tradition de Barrès ou Péguy. Peut-être est-ce cela, justement, qui gêne aujourd'hui... J'ai eu l'occasion d'étudier de très près ses manuscrits : pour chaque chapitre, il existe six ou sept versions, sans cesse retravaillées, mot à mot, jusqu'aux épreuves, qui faisaient encore l'objet de corrections. A mon sens, l'entrée du Général dans la collection de la Pléiade, en 2000, l'a définitivement consacré comme écrivain.

On l'ignore souvent, mais Charles de Gaulle, dans sa jeunesse, a écrit des poésies et des nouvelles...

Oui, à 15 ans, il a composé une saynète en vers influencée par Rostand et intitulée Une mauvaise rencontre, qui sera éditée à 50 exemplaires. Trois ans plus tard, sous le pseudonyme transparent de Charles de Lugale, il écrit Zalaïna, une étrange nouvelle racontant les amours coloniales d'un officier et d'une esclave mélanésienne. Il y a parfois un "ange du bizarre" qui plane au-dessus de lui, peut-être hérité de l'un de ses ancêtres, qui était barde breton. De Gaulle s'est inventé à travers les mots. Lorsqu'il comprend, après 1918, qu'il ne pourra pas devenir un grand chef militaire comme il l'a rêvé, il se réinvente par le verbe, en écrivant notamment Le Fil de l'épée [1932]. Et puis, ne faut-il pas avoir un certain sens de la fiction pour imaginer ce qui pourrait advenir de la France après la débâcle de mai 1940 ? A cette époque, il n'est rien et c'est par le verbe, avec l'appel du 18 Juin, qu'il va exister.

Quelles étaient ses lectures ?

Selon son fils, le Général lisait encore trois livres par semaine lorsqu'il était à l'Elysée. "Le plus beau métier du monde, c'est d'être bibliothécaire... Une bibliothèque municipale dans une petite ville de Bretagne, à Pontivy... Quel bonheur !" a-t-il confié un jour à son aide de camp, François Coulet, dans les rues de Londres.ach.








Lire la suite :

http://www.lexpress.fr/culture/livre/de-gaulle-est-le-der...


le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Un poète à sa façon...



Visite à l'auteur de «Vendredi»

Michel Tournier, le duc de Choisel

Par Didier Jacob

A 85 ans, Michel Tournier publie ses écrits de voyage. Didier Jacob l'a rencontré dans le presbytère de Choisel, où il habite depuis un demi-siècle...

Ecrivain, lauréat et juré Goncourt (le septième couvert lui est réservé chez Drouant), Michel Tournier habite depuis 1962 dans le presbytère d'un village dans la vallée de Chevreuse. Sur le perron, une cagette est posée, pour le courrier. Coiffé de son bonnet légendaire, l'auteur de « Vendredi » s'assied sur un canapé entouré de livres jetés à même le sol, qu'il attrape au hasard et rejette aussitôt, piochant de même, au gré du souvenir, dans les grands moments de son existence.

Michel-Tournier_Selders-Sipa-2.jpg
(c)Selders/Sipa
Michel Tournier dans le jardin de sa maison, en vallée de Chevreuse.

Le Nouvel Observateur. - Dans quelles circonstances vous êtes-vous installé dans ce presbytère ?

Michel Tournier. - C'était en 1954. J'habitais sur la Seine, en face de Notre-Dame, dans l'île Saint-Louis. Dans l'immeuble, j'avais des amis qui, dès le mois d'avril, m'emmenaient camper ici. Nous n'avions pas de voiture ; on venait par la ligne de Sceaux, qui n'était pas encore le RER jusqu'à Saint-Rémy-lès-Chevreuse. Un jour, j'aperçois au café du village un copain avec qui je travaillais à la radio, Claude Dufresne. Il venait d'acheter le presbytère. Il m'emmène dans cette maison, qui était très fruste. Le curé avait toujours habité là. Quelques mois plus tard, je croise Dufresne à la radio et je lui demande : « Alors, Choisel ?» Il me répond : « C'est une imbécillité que j'ai commise. Je n'y mets jamais les pieds.» Je lui ai racheté le presbytère. J'ai écrit tous mes livres dans cette maison, assis à cette table.

 

 

lire la suite :

 

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100528/19728/michel-tourn...

 

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Une longue histoire...

Lu

Culture

Publié le 30/05/2010 à 15:24 AFP

Egypte: découverte de la tombe d'un haut dignitaire de l'ère pharaonique

Egypte: découverte de la tombe d'un haut dignitaire de l'ère pharaonique


Des archéologues égyptiens ont découvert près du Caire une vaste tombe appartenant à un haut dignitaire de l'ère pharaonique vieille de plus de 3.000 ans, a annoncé dimanche le service des antiquités.

La tombe de Betah Mes, qui fut chef militaire, scribe royal, responsable du trésor et régisseur des greniers royaux, remonte à la 19ème dynastie, qui régna sur l'Egypte de 1320 à 1200 av. JC, avec notamment le légendaire Ramsès II, selon un communiqué.

La tombe de 70 mètres de long, divisée par des passages et des salles de prière, a été découverte sur le site de la nécropole de Saqqara, au sud du Caire.

Les archéologues ont découvert des bas-reliefs représentant des offrandes aux divinités ainsi que le défunt et sa famille priant le dieu Amon, son épouse Mout et leur fils Khonsou.

La tombe contient aussi des bas-reliefs montrant Mes et sa famille chassant et pêchant sur le Nil, et des statuettes dont les anciens Egyptiens pensaient qu'elles pouvaient les aider dans l'au-delà.

La tombe a toutefois été endommagée avec la prise de ses piliers pour construire des églises à l'époque chrétienne (entre la domination romaine et l'islamisation de l'Egypte), puis elle a été pillée au XIXème siècle sous le règne de Mohamed Ali Pacha, a déclaré la porte-parole de l'équipe de fouilles, Heba Moustapha.

Les recherches se poursuivent dans la chambre principale de la tombe, où les scientifiques espèrent retrouver la momie de Mes et peut-être celle de sa femme.

 

http://www.lepoint.fr/culture/2010-05-30/egypte-decouvert...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


00:10 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

28 mai 2010

Du Centre Pompidou à Metz


precedent
suivant

Papiers gouachés La Tristesse du roi , d'Henri Matisse, 1952. "Ces papiers gouachés découpés marouflés sur toile sont parmi les plus grands que Matisse ait réalisés. Festival de couleurs, ils reflètent pourtant la mélancolie, avec le personnage noir du roi." lepoint.fr ©Succession H.Matisse/MNAM-CCI/Dist. RMN

Précédente 10 photos présentées par le directeur : 1 •  2 •  3 •  4 •  5 •  6 •  7Suivante

http://www.lepoint.fr/culture/2010-05-10/les-oeuvres-du-centre-pompidou-metz-vues-par-son-directeur/249/2/1573/2/#newdiapo le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


14:58 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

Qu'on se livre aux livres !


je veux vivre de livres, à en être ivre !O.
-----------------------------------------------------------------

«A vous de lire!», l'opération du jour. Billet

Ceux qui aiment lire prendront le train

Ça faisait partie des propositions lancées par Frédéric Mitterrand pour sauver la lecture, cette espèce qu'on dit menacée : une énième fête du livre, « fondée sur un principe participatif qui consiste à inviter les Français à lire dans l'espace public.» Moins de deux mois plus tard, c'est parti, l'écrivain Chloé Delaume a donné sa bénédiction en acceptant de marrainer l'opération, et ça s'appelle « A vous de lire ! ».

A-vous-de-lire.JPG
Du 27 au 30 mai, dans le cadre de l'opération "A vous de lire!", une bibliothèque gratuite de 10.000 livres est ouverte aux usagers de la SNCF.

On entend sans doute démontrer par là qu'il n'est pas question de traîner, rue de Valois, quand  on a une idée en tête. Pas question de se contenter d'un simple effet d'annonce : la mise en oeuvre est immédiate, ou presque. Pourquoi prendre le temps de la réflexion quand on peut se hâter ? Ça doit être ce qu'on nomme la culture du résultat.

Résultat, justement : un site internet coloré a été mis sur pied, qui annonce toutes sortes de partenariats et de lectures à travers la France, la tenue des 4èmes Assises internationales du roman dont on vous a déjà touché deux mots ici, et surtout cette opération « Passe-livre SNCF », qui apparaît au bout du compte comme la principale innovation de cette nouvelle manifestation.

Depardieu, passeur de livres

Gérard Depardieu soi-même en a donné le coup d'envoi hier, en lisant quelques pages de Saint Augustin, de « Cyrano de Bergerac », et en confessant le rôle capital qu'a tenu la littérature dans sa vie depuis qu'il est tombé sur le merveilleux « Chant du monde », de Jean Giono.

 

lire tout :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100527/19710/ceux-qui-aim...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Quel est le mot favori de Li Matou?

Ven 28 mai 2010, 1h 56min 36s
Quel est le mot favori de Li Matou?
...
De :
Orlando Erre <jotapil@yahoo.fr>
...
Voir le contact
À : Arts_Poesie_Mouvement@yahoogroupes.fr

- "A bon chat bon rat"

Les Jésuites, éclaireurs de la civilisation marchande occidentale. Quatre siècles plus tard, la Chine "s'éveille", comme disait Peyrefitte.O.
----------------------------------------------------------------

Culture

Publié le 25/05/2010 à 12:38 Le Point.fr

SINOLOGIE

Li Matou, père fondateur

Par Marie-Françoise Leclère

Li Matou, père fondateur

Li Matou, jésuite italien (1552-1610) ©AGF/LEEMAGE


En cette année où il n'est bruit que des relations avec la Chine, on célèbre le 400e anniversaire de la mort d'un pionnier de ces relations, le père Matteo Ricci, appelé là-bas Li Matou. Ce jésuite italien (1552-1610) apporta à la Chine ses connaissances scientifiques , à l'Europe, la première traduction de Confucius et le premier dictionnaire bilingue chinois et portugais(1). Sa méthode ? "L'accommodation culturelle" . Ami des lettrés, il parvint au palais impérial de Pékin. Et l'on voit en lui le fondateur de la sinologie. D'où les manifestations organisées pour cet anniversaire(2). Et le lancement, à Shanghai, de la version numérique du "Grand Ricci"(3), un extraordinaire dictionnaire sino-français réalisé par des jésuites.

1. Matteo Ricci, un jésuite en Chine , collectif (Ed. Facultés jésuites de Paris).

2.Colloque international à l'Unesco, les 27 et 28 mai.

3.Editions du Cerf (120E).


le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


02:00 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

26 mai 2010

Bonne nouvelle : la poésie , héroïne de roman !


Un polar poétique

Bonne nouvelle : la poésie , héroïne de roman !

Le syndrome Gutmann

Nervalienne devant l'Eternel,  Caroline Gutmann a déjà écrit un feuilleton radiophonique sur les derniers jours du poète. Sa passion pour le doux Gérard prend ici la forme d'un thriller. Dans cette moderne version de Faust, le jeune Marcel Cohen, auteur d'une thèse sur la folie en littérature, rencontre un certain Guy Joseph, gourou médiatique érigé en pape de la révolution médicale.

gutman.jpg
J.-C. Berline
Caroline Gutmann

Ce géant au sourire sardonique recherche un assistant pour effectuer un travail sur Nerval et organiser un colloque sur le poète dont la fin tragique le fascine. Malgré ses réticences, Marcel se voue corps et âme aux diktats du colosse, qui tire sa fortune de sa Clinique de l'Etoile, établissement huppé peuplé de détraqués fortunés. Louise, la pensionnaire de la chambre 7, attire l'attention de Marcel. Tout porte à croire que la vieille dame fantasque est prisonnière des lieux...

Dans ce troisième roman trépidant peuplé de personnages hauts en couleur, Caroline Gutmann mène le lecteur dans un incroyable dédale. Autour de son monstrueux mandarin, les meurtres se succèdent. A chaque fois, une carte de tarot est retrouvée à portée du cadavre. Qui est réellement Guy Joseph ? Bien décidé à ne pas se laisser berner par ce terrible patron, Marcel enquête sur son entourage, découvre un mystérieux Club des Treize et un précieux journal écrit par le compagnon d'internement de Nerval. Polar érudit, le récit regorge de références à l'auteur des « Chimères ». Car c'est surtout le fantôme d'El Desdichado que le héros poursuit. Au point d'adopter sa philosophie de la vie, une forme de mélancolie allègre, de morbidité joyeuse. Il existait déjà un syndrome Stendhal ou maladie du voyageur. Caroline Gutmann crée une nouvelle catégorie psychologique : le syndrome Nerval.

C. J.

« Le Syndrome Nerval », par Caroline Gutmann,
Lattès, 280 p., 19 euros.

Le rayon polar de BibliObs


http://bibliobs.nouvelobs.com/20100525/19610/le-syndrome-gutmann


le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


l'Art foudroie ses grands prêtres


Culture

Publié le 25/05/2010 à 06:37 - Modifié le 25/05/2010 à 23:46 AFP

Mort à 38 ans du bassiste du groupe d'heavy metal américain Slipknot

Mort à 38 ans du bassiste du groupe d'heavy metal américain Slipknot

Paul Gray, 38 ans, le bassiste du groupe d'heavy metal américain Slipknot, a été retrouvé mort lundi soir dans une chambre d'hôtel dans l'Iowa (centre), a annoncé la police.


http://www.lepoint.fr/culture/2010-05-25/mort-a-38-ans-du... le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


10:29 Publié dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0)

24 mai 2010

Palme


...

FESTIVAL DE CANNES

Une palme politique ?

Par François-Guillaume Lorrain

Une palme politique ?

C'est Charlotte Gainsbourg qui a remis la palme d'or au Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul @ AFP


Retrouvez en images le palmarès

C'est un palmarès plutôt austère que le jury présidé par Tim Burton a délivré. Dimanche, peu avant la cérémonie, nous vous avions donné une sorte de tiercé dans le désordre citant à peu près tous les films qui ont été récompensés. Mais nous n'imaginions pas que le Thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, pour qui on avait prédit un prix du jury , recevrait la récompense suprême pour Oncle Boonmee. Le film, émaillé de quelques séquences superbes, avait largement dérouté les journalistes lors de sa projection. Il fut ainsi longuement question de la scène où un poisson-chat (réincarnation du protagoniste atteint d'une maladie mortelle ?) faisait l'amour dans l'eau avec une princesse dans un cadre paradisiaque. En voyant cette séquence, assez longue, on avait pensé à une version très "art et essai" et très bouddhiste de la fontaine de Trevi dans la Dolce Vita avec Anita Ekberg et Marcello Mastroianni. L'opus d'Apichatpong procède par apparitions successives qui surgissent devant ce personnage d'oncle Boonmee qui se souvient de sa vie passée. Sa femme et son fils, décédés, partagent avec lui son repas et lui rappellent leurs souvenirs communs : ce sont les scènes les plus directement accessibles à un public européen. Le reste demeure sujet à l'imagination du spectateur, qui doit supposer différentes réincarnations et transmigrations de l'âme. Lui donner la palme est un peu rude, même si le film peut toucher par sa poésie, son ambiance surnaturelle et la sérénité étrange qui s'en dégage. Est-ce un geste politique, alors que la Thaïlande est en pleine guerre civile ? C'est possible, même si le film n'a pas, a priori , de visée politique.

 

lire la suite :

http://www.lepoint.fr/culture/2010-05-23/festival-de-cannes-une-palme-politique/249/0/458264 le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

00:26 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

22 mai 2010

Youpie !


1. Saint Augustin n'est pas seulement un saint, c'est aussi un grand philosophe.
2. Le jeu d'échecs  est le roi des jeux, très dignement pratiqué à Lyon
3. Lyon est une ville de lumières, et d'ailleurs j'habite la région lyonnaise

Trois bonnes raisons de me réjouir . Et d'inviter mes amis à se réjouir avec moi : Alléluia !
------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Sortir

Publié le 19/01/2010 à 16:54 Le Point.fr - Culture

EXPO / PRIMITIF ITALIEN

Un Vénitien à Lyon

Par Catherine Lagrange

Un Vénitien à Lyon

" Saint Augustin et Alypius reçoivent la visite de Ponticianus ", du peintre vénitien Nicolo di Pietro © Musée des Beaux Arts de Lyon


C'est un véritable trésor que vient de recevoir, par dation, le Musée des Beaux-Arts de Lyon. Signé par le peintre vénitien Nicolo di Pietro, Saint Augustin et Alypius reçoivent la visite de Ponticianus est un petit tableau peint au début du XVe siècle, vraisemblablement en 1413. On y voit trois hommes installés autour d'une table. Deux d'entre eux s'affrontent dans une partie d'échecs, pendant que le troisième, habillé en bleu, feuillette un ouvrage. Ce dernier semble interrompre la partie d'échecs pour faire part d'une découverte faite dans son livre.

Ce petit tableau est en fait l'élément constitutif d'un retable dont les différentes pièces sont aujourd'hui dispersées dans plusieurs musées, certaines ayant même été détruites.
Il ornait à l'origine l'autel de l'église de Sant'Agostino de Pesaro, sur la côte Adriatique, et faisait partie d'une commande passée, par l'ordre des Augustins, clients réguliers du peintre. Le tableau hérité par le musée de Lyon était certainement positionné en bas de l'ensemble, sous un portrait de saint Paul.

Exposé au sein de ses collections d'art ancien, Saint Augustin et Alypius reçoivent la visite de Ponticianus fait l'objet d'un décryptage pédagogique minutieux présenté par le Musée des Beaux-Arts de Lyon. Le joueur d'échecs en robe rouge est ainsi identifié comme étant saint Augustin et la scène est, selon les historiens, une référence à ses confessions, dont certains passages décrivent avec précision cette scène.

L'arrivée de ce tableau permet incontestablement de combler une lacune de la collection de primitifs italiens du musée lyonnais, qui ne comptait pas jusqu'alors de peinture vénitienne du XVe.



Primitifs italiens. 2ème étage.
Musée des Beaux Arts de Lyon. 20 place des Terreaux. Fermé le mardi. 04 72 10 17 40. www.mba-lyon.fr


http://www.lepoint.fr/guide-sorties/2010-01-19/primitif-i...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


07:17 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

21 mai 2010

Allez, ouste !


Une vidéo intéressante ! et en même temps, vous pourrez admirer le frais minois d'Aude Lancelin, la journaliste qui a levé un méga lièvre : l'a ffaire Botul !O.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------
«L'Actualité littéraire», sur CanalObs.tv

En vidéo... Sébastien Lapaque, du Figaro: Sarkozy doit partir

Par ObsVideo.com

Cette semaine, ça déménage ! Aude Lancelin et Grégoire Leménager reçoivent Sébastien Lapaque, auteur du pamphlet «Il faut qu'il parte!». L'auteur, qui n'est pourtant pas membre de la LCR, y va fort, très fort. Critique au «Figaro littéraire», Sébastien Lapaque a publié des essais et des romans («Les Idées heureuses», prix François Mauriac de l'Académie française).

Cette fois, il signe un réquisitoire contre Nicolas Sarkozy, estimant que le chef de l'état n'est pas à sa place à Elysée. « C'est un livre sur la France, sur une personne qui encombre la France », dit-il. Et sur un homme qui incarne « la plus mauvaise part de nous-mêmes à la tête de l'Etat, une bourgeoisie française bête et borgne ».

 

http://bibliobs.nouvelobs.com/20080523/5193/en-video-seba...

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


20 mai 2010

Pour une fois que la poésie va au cinéma...


Publié le 19/05/2010 à 15:38 - Modifié le 19/05/2010 à 17:26 Le Point.fr

EN DIRECT DU FESTIVAL DE CANNES

" Poetry" - Le cercle des poètes disparus

Par François-Guillaume Lorrain

L'actrice Yoon Jung-Hee dans "Poetry" ©DR


Retrouvez en direct toute l'actualité du Festival de Cannes

Une grand-mère de 66 ans, apprend qu'elle est atteinte d'Alzheimer. Elle découvre aussi que son petit-fils, qu'elle élève, a trempé dans le viol collectif d'une collégienne qui s'est suicidée. Tout va bien... Heureusement, elle a la révélation de la poésie : cours, lectures... Désormais, elle se promène, un carnet à la main, attendant l'inspiration. Tandis que les parents des autres enfants violeurs lui demandent de rassembler avec eux l'argent qui calmerait la mère de la collégienne.

Une femme qui oublie les mots, mais qui en trouve d'autres, plus rares, plus essentiels. L'idée est magnifique

-------------------------------------------------------------------------------

Oui, la poésie peut sauver ! Lire tout :
http://www.lepoint.fr/festival-de-cannes/2010-05-19/poetr...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945



22:56 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

18 mai 2010

Voilà qui va faire plaisir à Sarko...

Mar 18 mai 2010, 2h 38min 15s

...grand fan de Mme de la Fayette, comme chacun sait.
-------------------------------------------------------------------

EN DIRECT DU FESTIVAL DE CANNES

"La Princesse de Montpensier" - Cet obscur objet du désir

Par François-Guillaume Lorrain

Mélanie Thierry dans le rôle de la princesse aux côtés de Grégoire Leprince-Ringuet en prince de Montpensier, dans le dernier film de Bertrand Tavernier, "La Princesse de Montpensier". ©DR

 

Seize ans avant la Princesse de Clèves , Madame de La Fayette rédigea La Princesse de Montpensier . Soixante pages bien serrées qu'on peut se procurer pour 3.60 euros au petit Mercure de France. Bertrand Tavernier dit y avoir trouvé une histoire d'amour lyrique et ample. "Pendant que la guerre civile déchirait la France sous le règne de Charles IX, l'amour ne laissait pas de trouver sa place dans tant de désordres et d'en causer beaucoup dans son empire." Telle est la première phrase de la nouvelle. Tout est dit : le contexte religieux, le désordre politique et passionnel. Adapter ce texte a dû être un défi. Ellipse, concision, quasi-absence de dialogues : tel est le style de La Fayette. Un défi exaltant. Pour en faire un film, il faut donc tout deviner, imaginer entre les lignes, donner de la chair à ce texte qui fouille si profondément les coeurs. Il ne faut pas déflorer, mais il ne faut pas effleurer. À l'arrivée, c'est un tour de force que réalise Tavernier.

 

Lire la suite :

 

http://www.lepoint.fr/festival-de-cannes/2010-05-17/en-di...
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


02:40 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (2)

17 mai 2010

Il a raison, notre Frédo !


Publié le 16/05/2010 à 10:19 - Modifié le 16/05/2010 à 10:33 AFP



Film "Hors la loi": Mitterrand estime que "la liberté de créer doit rester complète"

Film

.


Le ministre de la Culture Frédéric Mitterrand a estimé dimanche que "la liberté de créer doit rester complète", à propos de la polémique sur le film "Hors la loi" du réalisateur franco-algérien Rachid Bouchareb consacré en partie à la guerre d'Algérie.

"On ne peut pas parler sans passion de la guerre d'Algérie. Ce n'est pas un film d'histoire, c'est une fiction. La liberté de créer doit rester complète", indique le ministre dans un entretien au quotidien Nice-Matin.

"Objectivement - et c'est un jugement de spectateur -, ce film est digne des critères esthétiques du Festival de Cannes", ajoute Frédéric Mitterrand.

 

--------------------------------------------------------------

 

Rappel : Le film , dont la narration s'étend sur plus de trente ans, évoque les massacres colonialistes de Sétif : un jeune nationaliste algérien pacifique tué par l'armée française pendant une manifestation; le lendemain,une centaine d' algériens européens ( qu'on appellera plus tard "pieds noirs") tués par les "indigènes". Puis, en représailles, le massacre : entre 8000 et 45 000 selon les sources.

 

A Cannes, des organisations pieds noirs et d'extrême droite manifestent et demandent l'interdiction de la projection du film.

 

Lire tout l'article :

 

http://www.lepoint.fr/culture/2010-05-16/film-hors-la-loi...

---------------------------------------------------------------
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


12:01 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

16 mai 2010

Ben zut alors !

Dim 16 mai 2010, 0h 22min 49s

- C'est-y de l'art ou du cochon?
- Ben...est-ce que j'sais, moi ?
-------------------------------------------------------------------

Pourquoi tant de Ben ?

Par Annick Colonna-Césari, publié le 22/04/2010 à 11:05

Ben lors de l'exposition "Stip-Tease intégral"

REUTERS

Ben lors de l'exposition "Stip-Tease intégral"

Des tableaux aux tee-shirts, le nom de l'artiste niçois s'affiche partout. Notamment au musée d'Art contemporain de Lyon. Qui est-il vraiment ?

On le sait...

Benjamin Vautier, dit Ben, est l'artiste le plus populaire de France. A 74 ans, il est connu du grand public pour ses petites phrases à la graphie enfantine, imprimées en blanc sur fond noir, sur les tee-shirts, les trousses ou les agendas. Les collectionneurs, eux, préfèrent ses peintures de mots.

lire tout l'article :

http://www.lexpress.fr/culture/art/pourquoi-tant-de-ben_8...

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


00:24 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (1)

15 mai 2010

Nulla dies sine linea

Sam 15 mai 2010, 23h 34min 51s

Un tuyau
un bout de tuyau
passage de fluides
entrée, sortie

pour l'heure il est
vide

lait
vin, pétrole
eau...


sang?

que coulait-il?

O.15052010



Beat generation , toujours sur la route

Sam 15 mai 2010, 0h 47min 38s
Beat generation , toujours fraîche
...
De :
Orlando Erre <jotapil@yahoo.fr>
...
Voir le contact
À : PROSES@yahoogroupes.fr

La version complète, enfin !

Kerouac reprend la route

Par Didier Jacob

On croyait connaître « Sur la route ». Jack Kerouac avait écrit ce roman phare de la Beat generation au début des années 1950. Une nouvelle édition, conforme à l'original, montre qu'on n'avait encore rien lu.

Nous sommes en 1951. L'Amérique s'emmerde comme jamais. Le sénateur McCarthy vient d'être nommé président de la commission d'enquête sur les activités antiaméricaines. L'espionnite règne, on surveille son voisin, sa femme, ses amis. On peut être quelqu'un de bien en début de semaine, et puis non, cette crapule communiste, cette vermine rouge, c'est vous, là, avec votre air de père peinard, de gentil con d'Américain. Stars de l'époque ? Les époux Rosenberg. Ils sont condamnés à la peine capitale (seront exécutés en 1953). Un type inconnu, quasiment sorti de nulle part, un petit gars qui aime le jazz et les filles, la glande et la défonce, se met à sa machine et, dans un état second, shooté à la benzédrine et à l'inspiration, pond un roman en une vingtaine de jours. Ca s'appelle « Sur la route ». C'est un pétard, dans tous les sens du terme. C'est le chef-d'oeuvre qui va changer pour toujours le visage de l'Amérique.

kerouac_0.jpg
Sipa
Jack Kerouac

Une belle histoire, donc. Mais fausse. Embellie à l'eau de rose de la légende. Kerouac, saint patron du « Guide du routard » ? Peut-être, mais c'était d'abord un bosseur-né. Et son livre, ce grand roman exaltant les valeurs de la jeunesse et de la liberté, qui a déformé, dans son édition portative, tant de jeans délavés (la poche arrière), mettez-vous bien ceci dans le crâne : vous l'avez peut-être lu, mais dans une version expurgée, censurée, étouffée. Allen Ginsberg, poète beat et l'un des héros de cette Bible, le déplore : le livre publié (en 1957) est à Kerouac ce que l'aspartame est au sucre. Et d'ajouter qu'un jour, «quand tout le monde sera mort », « Sur la route » sera enfin rendu à sa «folie » originale. Nous y voilà.


http://bibliobs.nouvelobs.com/20100514/19470/kerouac-repr... le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Sacré Gonzzig, réussit à faire parler de lui !

Sam 15 mai 2010, 0h 44min 50s


Voilà presque quarante ans qu'il sécrète la nullité et que ça se voit ( à la télé), mais il est toujours là . Sacré Gouzzi Gouzzou ! O.
-----------------------------------------------------------------

En baisse

Jackson selon Saint Bris

Par Grégoire Leménager

Enfin des révélations sur Bambi : Gonzague Saint Bris nous invite «Au paradis avec Michael Jackson » (Presses de la Cité, 19 euros). Dans un « document » dédié « à toi Michael et à tes enfants », ce biographe de François Ier raconte avoir accompagné, en 1992, le roi de la pop en Afrique.

 

st-bris-baltel-sipa.jpg
Baltel/Sipa
Gonzague Saint-Bris

Là, il eut la présence d'esprit de lui poser des questions usuelles, comme « quand souhaitez-vous disparaître ?» (et de s'entendre répondre « à 50 ans »). Surtout, entourés de Pygmées, ils ont longuement disserté sur Pergolèse, Michel- Ange et plein de sujets qui obsédaient la superstar. « «A ton avis », m 'avait demandé Michael dans la forêt équatoriale, «quel était le rôle exact de Charles Perrault auprès de Louis XIV ?» » On dirait des « Antimémoires » écrits par Jean-Baptiste Botul après une indigestion de champignons mexicains. A la fin, l'auteur remercie Ali Bongo.

G.L.

Source : le Nouvel Observateur du 13 mai 2010

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


13 mai 2010

Chapeau , c'est une grande dame

Jeu 13 mai 2010, 6h 37min 48s

Culture

Publié le 12/05/2010 à 19:12 Le Point.fr

JOURNALISME

Colette à la Une

Par Julie Malaure

Colette à la Une

Colette, au delà d'être une romancière, était une excellente journaliste. ©AFP


"Colette était une grande journaliste égarée dans le roman", écrivait Jean Paulhan. On pourra discuter l'égarement, pas le talent de journaliste dans ses chroniques et reportages exhumés par le Seuil. Exit l'"auteur pour dames", Colette est là où on ne l'attend pas : reportages sur le terrain ou procès d'un tueur en série. Première traversée du mythique paquebot "Normandie", "coup de foudre" pour New York... Colette charme par la savante écriture des petites choses. Ici, l'étirement du chat ou la transformation d'un coquelicot en danseuse. Là, le souvenir des "châtaignes bouillies, glissées toutes bouillantes dans les poches" à la rentrée d'automne. Plus loin, le retour annuel du marron glacé. Un régal.

Colette journaliste. Chroniques et reportages, 1893-1945 (Seuil, 370 p., 18 euros).
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


On s'fait une toile?

...

Cannes 2010 : trois films français en compétition

Par François-Guillaume Lorrain

Cannes 2010 : trois films français en compétition


Retrouvez la liste complète des films sélectionnés au Festival de Cannes.

La sélection de la 63e édition du Festival de Cannes (12-23 mai) a été dévoilée jeudi. Décryptage.

 

http://www.lepoint.fr/culture/2010-04-15/festival-de-cann... le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


06:39 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)