Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2010

Le poète prend un accent grave...


Césaire le poéte

Par Marianne Payot, publié le 01/03/2011 à 12:51

En pleine guerre froide, Césaire le communiste payait son écot de quelques poèmes de circonstance.

Ce sont les Mémoires de Dominique Desanti qui lui ont mis la puce à l'oreille. Elle y relatait un voyage à Varsovie en 1948 et un magnifique poème écrit par Césaire. Amusé, David Alliot, éditeur indépendant grand spécialiste du poète martiniquais, a enquêté. Et retrouvé le fameux poème ainsi que six autres du même tonneau, dispersés dans des revues communistes (Action, L'Humanité, Justice).

Composés entre 1948 (le fameux Varsovie, Pour un gréviste assassiné) et 1953 (La Voix de la Martinique, à l'occasion des funérailles de Staline), reniés implicitement par l'auteur du Cahier d'un retour au pays natal, compagnon de route du PC jusqu'en 1956, ils sont aujourd'hui réunis dans un superbe coffret pour bibliophiles tiré à 94 exemplaires (94, comme l'âge d'Aimé Césaire à sa mort, le 17 avril 2008). Député maire communiste de Fort-de-France depuis 1945, Césaire quitta le PC en 1956 après avoir adressé une longue lettre de démission à Maurice Thorez. Mais, en avril 1950, comme beaucoup d'autres intellectuels du Parti (Eluard, Aragon, Gilbert Gratiant...), c'est avec fougue qu'il célèbre les 50 ans du secrétaire général, "le contrepoison aux poisons".

Plus réalistes que surréalistes, ces poèmes "au service du peuple" et anticolonialistes possèdent un souffle certain. De quoi nous faire patienter jusqu'à la dernière trouvaille de David Alliot : Tombeau du soleil, un long poème (sous la forme du Cahier) inédit, écrit entre 1943 et 1945, et propriété aujourd'hui d'un collectionneur privé martiniquais. Le temps de convaincre les enfants d'Aimé Césaire, et David Alliot se fera une joie de le publier. Et nous de le découvrir.

 

http://www.lexpress.fr/culture/livre/cesaire-le-poete_859...

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

et je voudrais qu'on m'explique ce que veut dire " reniés implicitement par l'auteur du Cahier d'un retour au pays natal," ? Césaire a pris ses distances par rapport au PC de l'époque, il s'en est expliqué dans sa lettre à Maurice Thorez. Mais il n'a rien renié. Est-ce qu'on peut faire parler les morts de cette façon, en leur faisant dire ce qu'on souhaite entendre? O.

 

 

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Les commentaires sont fermés.