Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mars 2010

A quoi sert la littérature?

En voilà une bonne question ! Mon papa avait un prof qui disait que la France pouvait bien se passer de Ronsard si elle avait quelques puits de pétrole en échange. Et il n'y a pas si longtemps, Sarkoléon a déclaré que "la Princesse de Clèves", le fameux roman de Mme de le Fayette, ne servait à rien. Bon, n'hésitez pas à y mettre votre grain de sel, si ça vous chante ! O.
---------------------------------------------------------------------------------------------

* * *

Aliette Armel.Le discours que vous avez prononcé lors de la réception du prix Nobel de littérature en 2000 s'intitulait « La raison d'être de la littérature ». Vous êtes toujours convaincu par cette raison d'être ?

Gao Xingjian. – Nous sommes face à une crise de la pensée et ce dont nous avons besoin, c'est de la fraîcheur d'une nouvelle pensée. Elle ne peut venir de la science, fondée sur l'expérience et la répétition, sur un raisonnement logique et démonstratif. La raison est l'outil qui permet de connaître les mécanismes de l'univers, physiques, biologiques, chimiques. Mais la raison ne peut résoudre les problèmes posés par la nature humaine qui n'obéit à aucune loi scientifiquement démontrable. Ce monde n'est pas du tout raisonnable ! Il est absurde et chaotique. La science parvient maintenant à donner la vie, mais elle échoue toujours à expliquer le comportement des êtres humains. Une part d'inconnu demeure. C'est la place qu'occupe la religion, la place de Dieu. Chaque fois que la science conquiert un nouveau territoire, la religion recule. Mais la science ne couvrira jamais tous les domaines. Dans ces régions qui demeurent obscures, la littérature peut remplacer la science, au-delà même de la philosophie qui n'apporte pas non plus toutes les réponses.

A. Armel.La raison d'être essentielle de la littérature, c'est donc d'investir un territoire laissé vide par la science ?

gao.jpg
Rachel Li/EyePress /NEWSCOM/SIPA
Gao Xingjian

Gao. X. – Cette nature humaine est si capricieuse, inattendue, incontrôlable que la science ni même la philosophie n'arrivent à expliquer. La littérature peut en rendre compte, par le témoignage. Ce que les sociologues et philosophes n'arrivent pas à expliquer, les écrivains le montrent. Y compris les mécanismes du psychisme humain. C'est une autre forme de connaissance, ni scientifique ni philosophique. Une connaissance par les sensations, la perception mais aussi l'imagination. La vraie littérature, celle que j'appelle la littérature froide, de témoignage, n'est pas un produit culturel du marché, mais une tentative pour vraiment connaître les humains en montrant l'invisible, en touchant le réel au plus profond des êtres.

 

lire tout :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100308/17913/rencontre-avec-gao-xingjian
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.