Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 février 2010

Bien le bonjour d'Isidore...


 

Jean-Luc Steinmetz, dont nous avons parlé sur PLE ( TXT, etc...) est aussi un universitaire, et il a récemment attiré l'attention en éditant les "Oeuvres complètes de Lautréamont " dans la prestigieuse collection de la Pléiade, ouvrage sur lequel notre Sollers national-médiatique ne tarit pas d'éloges (normal, c'est sa boutique). Mais voici qu'un trublion, Jean-Jacques Lefrère, se livre à un joyeux jeu de massacre sur ce dernier opus de ladite idole éditoriale, et ce Lefrère n'est pas le premier venu : c'est le découvreur du seul portrait connu de Ducasse, recherché depuis plus de cinquante ans par les surréalistes et tous les lecteurs de Maldoror. ( http://www.lexpress .fr/culture/ livre/jean- jacques-lefrere- chercheur- d-or_823240. html )
Voici l'article ( attention, quatre pages : mais cela vaut le détour !).O.
------------ --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --------- --

Lautréamont en Pléiade, le rendez-vous manqué

Par Jean-Jacques Lefrère, publié le 16/02/2010 à 08:00

L'acantophorus serraticornis, insecte cité dans Les chants de Maldoror

DR

L'acantophorus serraticornis, insecte cité dans Les chants de Maldoror

La Quinzaine littéraire a refusé de publier une critique virulente du récent volume de la Pléiade consacré à Lautréamont, signée Jean-Jacques Lefrère, pourtant collaborateur régulier de cette dernière. Critiquer la prestigieuse collection de Gallimard serait-il tabou? LEXPRESS.fr a décidé de publier l'intégralité de son texte vif et érudit, afin que chacun puisse se faire une idée. Polémique en vue...

Une presse d'une unanimité rare a salué, ces dernières semaines, la mise en librairie de la réédition en Pléiade des oeuvres de Lautréamont, dont l'originale, due au regretté Pierre-Olivier Walzer, remontait à l'année 1970. La lecture de l'oeuvre d'Isidore Ducasse s'est ainsi trouvée recommandée par tous les chroniqueurs, avec des arguments dont la solidité suggérait qu'ils devaient certainement adresser la recommandation à eux-mêmes. La parution du volume a même bénéficié de la solennité du Grand Amphithéâtre du Musée d'Orsay, lequel apparaît désormais comme une sorte de rampe de lancement des titres de cette collection : comme le Rimbaud édité en Pléiade et quelques mois après lui, le Lautréamont concocté par M. Steinmetz s'est trouvé nimbé d'un déluge d'éloges lors d'une présentation ouverte au grand public, lequel a su se montrer courtois et patient sous l'averse. Apparemment, les organisateurs de ces deux manifestations successives avaient dû considérer que les deux annotateurs, pour estimables qu'ils fussent, étaient dotés de personnalités trop falotes, ou insuffisamment charismatiques, pour être autorisés à palabrer seuls devant le micro, car M. Michon avait été commis pour "soutenir" l'annotateur du Rimbaud, tandis qu'à M. Sollers incomba la même mission auprès de M. Steinmetz — une mission remplie en la circonstance avec conscience, et même avec zèle, au point que le malheureux éditeur du Lautréamont s'est vu totalement reléguer au rang de figurant auprès de l'intervenant vedette.

Lire la suite :
http://www.lexpress .fr/culture/ livre/peut- on-critiquer- la-pleiade_ 849081.html

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepo etique.hautetfor t.com/
et son forum:
http://85945. aceboard. fr/index. php?login= 85945


__._,_.___
.

__,_._,___

Les commentaires sont fermés.