Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 février 2010

Sollers n'est pas Casanova, d'accord...

... et d'ailleurs il ne s'est pas évadé des Plombs de Venise. Et puis Casanova n'avait pas de fume-cigarette. Bon, mais notre Philou connaît plein d'anecdotes amusantes ! O.
------------------------------------------------------------------------------

Philippe Sollers

CASANOVA L'ADMIRABLE

Sollers Casanova l'admirable

 

 

Casanova est présent: c'est nous qui avons dérivé loin de lui, et, de toute évidence, dans une impasse fatale. Un soir, à Paris, il est à l'Opéra, dans une loge voisine de celle de Mme de Pompadour. La bonne société s'amuse de son français approximatif, et par exemple qu'il dise ne pas avoir froid chez lui parce que ses fenêtres sont bien «calfoutrées ». Il intrigue, on lui demande d'où il vient : «de Venise ». Mme de Pompadour: «De Venise? Vous venez vraiment de là-bas? » Et Casanova: « Venise n'est pas là-bas, madame, mais là-haut.» Cette réflexion insolente (dont la marquise se souviendra plus tard, lorsqu'il sera sorti des Plombs par les toits) frappe les spectateurs. Le soir même, Paris le reçoit.

 

 

Casanova

 

 

Vous dites « Prague », et, immédiatement, les clichés du XXe siècle surgissent : la ville doit être sombre, médiévale, démoniaque, stagnante, l'horloge du temps s'y est arrêtée, c'est la cité du Golem et de Kafka, du Procès, du Château, de l'absurde, d'un complot gluant des ténèbres.

Lire la suite :
http://www.philippesollers.net/casanova.html
le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.