Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 février 2010

Nazisme, et autres sucreries...

Berlin, damné de la terre

Par Marine de Tilly

Berlin, damné de la terre

Philip Kerr a publié "La Trilogie berlinoise", chez le Livre de Poche

L'Été de cristal , La Pâle figure et Un requiem allemand : trois polars signés Philip Kerr dignes des plus noirs films noirs hollywoodiens, à la différence que leurs personnages principaux se nomment Himmler, Göring, et surtout Bernie Gunther, qui, pour faire court, est un peu à l'Allemagne nazie ce que Philip Marlowe est à la Californie des années trente.

Ex-commissaire de la Kripo reconverti en détective privé, Bernie enquête sur le meurtre de la fille d'un industriel dans le Berlin "nettoyé" des JO de 1936 dans L'Été de cristal ; fait face à l'odieux chantage d'un Heydrich qui veut le contraindre à réintégrer la police dans La Pâle figure ; et, enfin, tente de sauver de la potence un homme accusé du meurtre d'un Américain dans Un requiem allemand , à l'heure où la chute du IIIe Reich a fait de Berlin une ville fantôme en proie à la prostitution, au marché noir et aux exactions de l'Armée rouge. Sélectionnée pour le prix des Lecteurs 2010 (décerné en septembre), cette imposante trilogie offre un portrait glaçant du Berlin ex et post-nazi, qui rappelle l'atmosphère décadente des Damnés de Visconti.

 

La Trilogie berlinoise , de Philip Kerr (le Livre de Poche, 1.014 p., 9 euros).

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et surtout, n'oubliez pas de lire (ou de relire) les Bienveillantes ! O.


Les commentaires sont fermés.