Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 février 2010

Quand l'âne veut braire, nul ne peut l'en empêcher...

Je ne pensais pas revenir sur Botul, Kant, BHL et leur étincelant échange. Mais comme BHL s'entête, on peut dire s'enferre, et qu'il essaye de retourner la situation à son avantage, mission impossible, voici une interview du plaisantin qui est à l'origine de l'aventure, et qui est tout de même un respectable agrégé de philo :
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Une interview exclusive du créateur de Botul

Frédéric Pagès: «Bernard-Henri Lévy a lu mon livre avec un ventilateur»

Par NouvelObs.com

Tandis que Bernard-Henri Lévy et quelques bonnes âmes s'obstinent à présenter « la Vie sexuelle d'Emmanuel Kant » comme un livre « très crédible », le créateur de Jean-Baptiste Botul, Frédéric Pagès, répond à nos questions

La-Vie-sexuelle-d-Emmanuel-Kant.jpg

BibliObs.- Comment avez-vous appris que Bernard-Henri Lévy faisait référence à « la Vie sexuelle d'Emmanuel Kant » dans son livre ?

Frédéric Pagès.- Par Aude Lancelin [la journaliste du «Nouvel Observateur» qui a révélé l'erreur de Bernard-Henri Lévy, NDLR].  C'est simple, clair et net. Aude Lancelin m'a montré les épreuves du livre « De la guerre en philosophie » à la mi-janvier. Elles avaient alors suscité une franche rigolade au « Nouvel Observateur ». Cela dément donc les propos de Bernard-Henri Lévy, qui avançait  samedi sur le plateau de Laurent Ruquier qu'Aude Lancelin ne savait pas que Frédéric Pagès était Botul.

BibliObs.- Pensez-vous que BHL ait lu votre ouvrage ?

F. Pagès.- Je pense qu'il l'a lu à très grande vitesse, avec un ventilateur. S'il l'avait vraiment lu, il n'aurait pas pu dire que Botul a existé.  Il y a un grand nombre d'indices dans « la Vie sexuelle d'Emmanuel Kant ». L'habillage du livre est surréaliste. Et rien que les réfugiés allemands au Paraguay en 1946, qui sont une référence claire aux nazis... Cela ne l'affole pas. Il n'a même pas vu ça, alors que le lecteur le remarque tout de suite.  De toute façon, Bernard-Henri Lévy est réputé pour son manque d'humour et son absence d'ironie.

 

lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/20100217/17808/frederic-pages-bernard-henri-levy-a-lu-mon-livre-avec-un-ventilateur





le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Les commentaires sont fermés.