Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 février 2010

La bataille des Lettres, suite ( sans fin)...

Une intéressante interview. Où l'on fait un parallèle entre les XVIII ème siècle et notre époque, entre les libellistes et nos blogueurs, entre l'underground littéraire d'hier et d'aujourd'hui... Où l'on s'interroge aussi sur ce qu'il advient de la notion d'auteur, de propriété littéraire, à l'ère de la communication électronique planétaire, et sur les rapports entre les bibliothèques nationales et l'appétit d'ogre  de Google...A lire et méditer !

666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666666

 

Un essai de Robert Darnton

Le vieil air de la calomnie

Par Laurent Lemire

A l'heure où le monde littéraire se déchire autour d'histoires de plagiat, où Marie Darrieussecq répond à Camille Laurens et où Claude Lanzmann s'en prend à Yannick Haenel, l'historien américain Robert Darnton étudie les libellistes d'hier qui préfigurent, selon lui, les blogueurs d'aujourd'hui

Le rôle des Rousseau, Voltaire, Diderot et autres philosophes des Lumières n'est pas discutable dans l'évolution des idées qui conduisit à la Révolution française. Robert Darnton, grand spécialiste de l'« Encyclopédie », s'est intéressé aux écrivains de second ordre, ces scribouillards calomniateurs qui constituaient la bohème littéraire d'alors et que l'on nommait les libellistes. Entretien.

* * *

Le Nouvel Observateur. - Comment avez-vous eu l'idée d'explorer ce deuxième rayon, celui des ratés de la littérature ?

darnton.jpg
C. Hélie/Gallimard
Robert Darnton

Robert Darnton. - J'ai rencontré Morande en 1975. J'avais alors 36 ans et je travaillais sur la littérature underground de l'Ancien Régime au XVIIIe siècle français. Charles Théveneau de Morande était le libelliste par excellence, le scribouillard de la littérature clandestine. Puis, en suivant les traces des pamphlets de Brissot, je suis tombé sur celles du marquis de Pelleport, ses libelles diffamatoires, ses opuscules orduriers et son « Diable dans un bénitier», dans lequel il dénonce l'Etat policier français et vante la liberté de la presse en Angleterre.

 

lire la suite :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100211/17644/le-vieil-air-de-la-calomnie

09:49 Publié dans Histoire | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.