Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 février 2010

Les tartes lui manquent : il s'auto-entarte

BHL en flagrant délire: l'affaire Botul

Par Aude Lancelin

Ce devait être le grand retour philosophique de Bernard-Henri Lévy. Patatras ! L'opération semble compromise par une énorme bourde contenue dans « De la guerre en philosophie », livre à paraître le 10 février. Une boulette atomique qui soulève pas mal de questions sur les méthodes de travail béhachéliennes

BHL_Transfuge.jpg

Nul ne peut plus l'ignorer, Bernard-Henri Lévy, « ennemi public » ainsi qu'il se présentait à l'automne 2008 dans sa correspondance avec Michel Houellebecq, est de retour dans les magazines. Tous les magazines. Lorsque nous l'avions invité à débattre au « Nouvel Observateur », le 13 janvier dernier, avec le philosophe Slavoj Zizek, un de ses adversaires, nous étions encore loin de deviner l'ampleur de la tornade à venir. Grand entretien dans « l'Express », portrait d'ouverture dans « Paris Match », couverture de « Transfuge », panégyrique dans « le Point » signé Christine Angot, interview de six pages dans « Marianne ». On en oublierait presque une chose. La cause occasionnelle, le détail à l'origine d'une telle profusion : la parution de deux livres, le 10 février prochain chez Grasset. Un épais « Pièces d'identité », recueil de textes et d'entretiens déjà parus sur toutes sortes de supports, et « De la guerre en philosophie », version remaniée d'une conférence prononcée en 2009 à l'ENS de la rue d'Ulm.

 

lire la suite : http://bibliobs.nouvelobs.com/20100208/17560/bhl-en-flagrant-delire-laffaire-botul#

 

--------------------------------------------------------------------------------------------

 

Notre BHL national , en posant au grand philosophe qui déboulonne les statues, Hegel, Marx, et même Kant, fichtre ! se prend les pieds dans le tapis et s'étale lourdement : il s'appuie sur les oeuvres d'un philosophe qu'il n'a pas lues, qu'il ne peut pas avoir lues, puisque ce philosophe, Jean-Baptiste Botul, n'existe pas  : c'est l'invention d'un plaisantin du Canard Enchaîné !

Une fois passée la rigolade, on peut en effet s'interroger sur la "méthode de travail"  de notre star médiatico-littéraire : il se moque de la philosophie, c'est clair. Mais il se moque aussi de ses lecteurs, et c'est grave,ça, Monsieur le Philosophe (anciennement "nouveau- ...")

Bon, j'aime mieux être à ma place qu'à la sienne. Mais si j'étais lui, je me dépêcherais de retirer de la vente cette calamiteuse "Guerre en philosophie"...O.

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


Les commentaires sont fermés.