Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 janvier 2010

"Nous ne sommes pas une démocratie..."

  "Nous ne sommes pas une démocratie. Nous sommes une République qui tente depuis un siècle de devenir une ploutocratie et qui est en passe d'y parvenir. "dit Russell Bank.
  "Les banquiers, les gestionnaires de fonds spéculatifs, les lobbyistes et les PDG de multinationales sont des voleurs." C'est ce qu'il dit encore,, du moins il constate qu'il n'est plus déplacé ou impoli de le dire. Et le dernier discours d'Obama va dans le même sens. Mais les actes suivent-ils les discours d'Obama ? Voyez ce qu'en pense le grand écrivain américain :
 

L'an I d'Obama, par Russell Banks

Par Nouvel Obs

L'écrivain américain, figure de proue des progressistes et supporter du candidat Obama de la première heure, s'interroge sur les douze mois de sa présidence

 

Le Nouvel Observateur. - Un an après l'élection d'Obama, tout en sachant que l'ardoise laissée par Bush est catastrophique (Guantanamo, Irak, Afghanistan, Moyen-Orient, crise financière, politique énergétique), n'a-t-on pas attendu trop de miracles d'Obama? Quels sont, à vos yeux, les réussites et les échecs de sa politique?

 

 

 

Russell Banks. - Laissons de côté sa personnalité et son habileté rhétorique. Si l'on considère que toutes les facettes de la politique de Bush sont des échecs, on peut mesurer à quel point Obama a déçu en constatant combien il se situe dans la continuité de son prédécesseur. En Irak et en Afghanistan, rien n'a changé. Le Pakistan, le Yémen, l'Iran, la Corée du Nord ? Moins de discours belliqueux et moralisateurs mais, en fin de compte, c'est toujours la même chose. Le conflit israélo-arabe? Cuba? Le Venezuela? La Russie? La Chine? Jusque dans nos relations avec «la Vieille Europe» de Rumsfeld, et en dépit d'un changement bienvenu dans le ton et le choix des mots, la continuité entre Bush et Obama est aussi manifeste que si John McCain avait prêté serment il y douze mois. Les changements sont superficiels, linguistiques, stylistiques et protocolaires. Autrement dit, ils sont purement tactiques. La stratégie globale à long terme demeure la même.

 

Lire la suite :

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100114/16951/lan-i-dobama...#

 

Très intéressant, pour mieux comprendre la politique américaine.O.
 

banks.jpg
Thony Belisaire/AFP
Auteur de nombreux romans dont «De beaux lendemains», «Affliction» et «American Darling», portés au cinéma par Atom Egoyan, Paul Schrader et Martin Scorsese, Russell Banks a récemment publié «la Réserve» chez Actes Sud.

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.