Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 janvier 2010

Moi, j'l'aimais bien , le grand Momo...

DISPARITION

Éric Rohmer, un cinéaste à part

Par François-Guillaume Lorrain

Éric Rohmer, un cinéaste à part

Le cinéaste Éric Rohmer est mort lundi © AFP


Il était le Marivaux du septième art français. Son goût pour les tours et détours amoureux, ses qualités d'écrivain classique, les joutes orales de ses personnages, ses doutes et obsessions de moraliste, son ironie incessante auront fait de ce conteur un cinéaste unique, qui avait le don de nous faire sentir intelligent sans nous ennuyer. Éric Rohmer est décédé lundi à l'âge de 89 ans.

Dès le début, il est à part. Professeur de lettres, germaniste, il est le frère aîné de la Nouvelle Vague, - il a dix ans de plus que Chabrol et Godard, douze ans de plus que Truffaut - et l'intellectuel de la bande des Cahiers du Cinéma qu'il dirige de 1957 à 1963, mais dont il incarne l'autorité morale dès le début des années 50. Quand le jeune Truffaut ruait dans les brancards et tirait à boulets rouges sur le cinéma de papa, Rohmer tentait de calmer le jeu du haut de sa calvitie naissante. Son surnom n'était-il pas le "grand Momo", en référence à son véritable nom, Maurice Schérer ?

 

Lire  la suite : http://www.lepoint.fr/culture/2010-01-12/disparition-eric-rohmer-un-cineaste-a-part/249/0/412512

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


13:50 Publié dans Cinéma | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.