Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 décembre 2009

Encore un qu'est pas content...

Par Gérard Mordillat, finaliste du prix du roman d'entreprise

Pourquoi je ne veux pas serrer la main de Xavier Darcos

Par Gérard Mordillat

On vous en touchait deux mots hier : Xavier Darcos remettra le 7 décembre prochain le premier «prix littéraire du roman d'entreprise». Parmi les trois finalistes de la sélection figure Gérard Mordillat, pour «Notre part des ténèbres» (Calmann-Levy). Aimerait-il être lauréat? Il répond pour BibliObs.com

 

 

«Je n'irai pas à la remise du prix, d'une parce que je suis dans les finitions de ma série «Les Vivants et les morts» (8x52' d'après mon roman pour France 2 et Arte) et de deux parce que je ne veux pas être dans l'obligation de serrer la main - même au titre de simple politesse - à un membre d'un gouvernement qui s'enorgueillit d'avoir un ministère du racisme et de la xénophobie, qui stigmatise les chômeurs comme des feignants et les salariés comme des privilégiés, qui taxe les indemnités des accidentés du travail etc, bref qui développe une philosophie facho-libérale que tout en moi réprouve, que tout en moi combat.

Quant au prix, je m'en passerai sans peine
Je suis hors de prix, c'est bien connu !
Vive la Sociale !

Mordillat.»
 

Les-Vivants-et-les-morts.jpg

le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945

Les commentaires sont fermés.