Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 décembre 2009

Poètes, vos papiers ! (des banknotes si possible)

Un bon poète est un Baudelaire mort

Par Grégoire Leménager

Triste paradoxe ; pendant que Robert Laffont gèle les éditions Seghers, au prétexte que la poésie n'est pas un secteur assez rentable, on apprend qu'une édition originale des «Fleurs du mal» (1857), dédicacée par Charles Baudelaire à Narcisse Ancelle, a battu des records ce mardi 2 décembre chez Drouot : elle s'est vendue 775.000 euros (c'est-à-dire 620.000 euros hors frais).

Charles-Baudelaire_Carjat_Yli-Sipa.jpg
(c)Yli/Sipa
Charles Baudelaire (1821-1867). Photographie de Carjat.

C'est mieux que chez Sotheby's en 2007, où une autre édition dédicacée était partie pour 560.000 euros, a raconté l'expert de la vente. Il avait de quoi se réjouir, si l'on en croit le résumé de l'Afp :

«Le total de la vente de 180 lots de lettres, livres et objets ayant appartenu ou ayant jalonné la vie de Baudelaire a rapporté au total 4.050.000 euros (également avec les frais), soit plus du double des estimations.»

S'est particulièrement distinguée la «lettre du suicide» datée du 30 juin 1845, dans laquelle le futur auteur du «Spleen de Paris» confiait à son conseiller judiciaire et ami Narcisse Ancelle être au bout du rouleau : «elle a atteint 225.000 euros, ce qui constitue également un record d'enchères pour une lettre du poète.»

On est content pour Baudelaire, qui n'a cessé de tirer le diable par la queue. En octobre 1852, il avouait au docteur Véron «dans quel insupportable cercle vicieux» il se trouvait «enfermé» : «trouver de l'argent pour en gagner».

Fleurs-du-Mal.jpg
Drouot
Exemplaire de Narcisse ANCELLE BAUDELAIRE Charles. Les Fleurs du Mal. Paris, Poulet-Malassis et de Broise, 1857, in-12 relié demi-basane vert foncé avec filets dorés sur les plats, dos à cinq nerfs, tête dorée. Edition originale.

La première publication des «Fleurs du mal», le 25 juin 1857 chez Poulet-Malassis, ne devait pas exactement arranger les choses : ce recueil conçu «avec fureur et patience», qu'il présentait à sa mère comme «revêtu d'une beauté sinistre et froide», et dont, effrayé par ses propres audaces, il avait in extremis «retranché un tiers aux épreuves», allait surtout lui rapporter, comme on sait, une condamnation pour offense à la morale publique. «Il n'a pas eu la vie qu'il méritait», résumait Sartre.

Lire la suite :
http://bibliobs.nouvelobs.com/20091202/16223/un-bon-poete-est-un-baudelaire-mort


le blog de la Micronésie poétique
http://micronesiepoetique.hautetfort.com/
et son forum:
http://85945.aceboard.fr/index.php?login=85945


 

Les commentaires sont fermés.