Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 octobre 2009

On ne badine pas avec l'amour ( de Dieu)

> Thérèse s'adresse aux religeuses des couvents qu'elle a fondés, et particulièrement aux mères supérieures :
>
> " Du reste, si vous y prenez garde, vous verrez qu'en somme la plupart des monastères n'ont pas été fondés par les hommes, mais par la puissante main de Dieu. /.../ Et comment, je vous le demande, une petite femme comme moi, soumise à des supérieurs,ne possédant pas un maravedi , dépourvue de toute protection, aurait-elle pu accomplir  des choses si difficiles? /.../ Voyez, mes filles, voyez l'action de Dieu. Suis-je, par hasard, de race illustre, et serait-ce à ce titre que l'on m'aurait fait honneur? Evidemment, non. De quelque manière donc que vous l'envisagiez, vous reconnaîtrez que l'oeuvre est de lui. Après cela, n'est-il pas raisonnable que nous la maintenions intacte, dût-il nous en coûter vie, honneur, repos? Et cela d'autant plus que nous trouvons ici tous les biens réunis. Vivre de manière à ne craindre ni la mort, ni les événements de ce monde,, goûter cette allégresse continuelle qui est votre partage à chacune,
>  posséder cette prospérité, la plus grande de toutes, qui consiste à ne point redouter l'indigence, à la désirer au contraire : voilà qui s'appelle vivre. Car enfin, y a-t-il rien de comparable à cette paix intérieure et extérieure dont nous jouissons toujours ? Et il ne tient qu'à vous d'y vivre et d'y mourir, comme par le fait vous voyez expirer celles qui meurent parmi nous. Si vous demandez sans cesse à Dieu de vous continuer cette grâce, et si vous vous défiez entièrement de vous-mêmes, il ne vous déniera point sa miséricorde." p 159
> Oeuvres complètes.II. Les Fondations, Fayard, 1963. Traduction des Carmélites de Paris-Clamart
>
> ----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
>
> Un texte extraordinaire ! et qui appelle de nombreux commentaires...O.

Commentaires

" Et comment, je vous le demande, une petite femme comme moi, soumise à des supérieurs,ne possédant pas un maravedi , dépourvue de toute protection, aurait-elle pu accomplir des choses si difficiles? " ! elle n'arrête pes de nous étonner ! En réalité, c'est une femme à poigne,une créatrice, une organisatrice, toujours en mouvement, réussissant à se faire entendre du roi lui-même ! Mais la règle de son ordre commande la modestie, l'effacement, l'obéissance, d'où ce discours à toute petite voix, tout plein d'humilité - mais non d'hypocrisie : ce vilain penser existe chez les gens d'église, peut-être plus qu'ailleurs, mais pas chez notre Sainte ! Admirons aussi " Voilà ce qui s'appelle vivre ." Vous avez vu ce qu'elle appelle vivre ? Et sa pleine satisfaction ne fait pas de doute . Et voici quelque chose qui est bien de son époque, et qui aujourd'hui passe très peu :". Si vous demandez sans cesse à Dieu de vous continuer cette grâce, et si vous vous défiez entièrement de vous-mêmes, il ne vous déniera point sa miséricorde." Cette défiance par rapport à soi, ailleurs elle exprime carrément la haine de soi ( pour laisser toute la place à l'amour de Dieu) est une attitude philosophique bien abandonnée, en notre époque d'individualisme et d'hédonisme. Rappelons à cette occasion le "moi haïssable" de Pascal.

Écrit par : orlando | 09 octobre 2009

Les commentaires sont fermés.