Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 octobre 2009

Salauds de pauvres !

[Arts_Poesie_Mouvement] Notre monde
Jeudi, 1 Octobre 2009, 0h32mn 43s
De :
Orlando Erre <jotapil@yahoo.fr>
Afficher les détails de ce contact
À : Arts_Poesie_Mouvement@yahoogroupes.fr

 

 

Partenariat «Books». Entretien avec Tzvetan Todorov

Des murs pour arrêter les pauvres

Par Books

Il y a mur et mur. Le mur israélien n'est pas le mur de Berlin. Et la barrière dressée à la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis relève encore d'un autre processus : établir une césure entre riches et pauvres.  Le point commun est la mise en place d'une solution bancale destinée à conjurer la peur de l'autre. Mais parmi toutes les catégories, une seule barrière est vraiment nouvelle : le mur anti-immigré. C'est ce qu'explique Tzvetan Todorov dans le nouveau numéro de «Books», qui sera en kiosque ce jeudi 24 septembre 2009

 

 

 

Books.- Depuis la chute du mur de Berlin, en 1989, de nombreux murs destinés à séparer  des populations ont été construits ou sont en construction dans le monde. Ces murs ne témoignent-ils pas tous, d'une manière ou d'une autre, de cette «peur des barbares» qui fait le titre de votre dernier livre ?

 

Tzvetan Todorov.- A vrai dire, je ne suis pas sûr que nous ayons intérêt à unifier toutes les questions posées par les différents murs qui, ici ou là, séparent les populations entre elles. L'identité matérielle de l'objet recouvre des fonctions très variées. Le mur de Berlin, pour commencer par lui, appartient à une catégorie rare. Alors que la plupart des murs ont pour objectif d'empêcher que les étrangers pénètrent dans le pays, il visait au contraire à empêcher les habitants du pays d'aller à l'étranger. Ce mur était la partie matérialisée, palpable, du rideau de fer, une enceinte de prison érigée par les gouvernements communistes pour que leurs peuples ne puissent s'enfuir. Il ne servait pas à protéger les habitants mais à les enfermer. Une autre catégorie de murs, bien représentée, est celle des murs-frontières entre des pays qui ont été en guerre. C'est le cas, de nos jours, des clôtures qui séparent les deux Corée, l'Inde et le Pakistan au Cachemire, ou les parties grecque et turque de Chypre. Les batailles ont cessé, mais la paix n'a pas pu être établie, chacun s'abrite donc derrière une barrière infranchissable.

 

lire la suite : http://bibliobs. nouvelobs. com/20090923/ 14773/des- murs-pour- arreter-les- pauvres
 

Tzvetan-Todorov_Ibo-Sipa.jpg
©Ibo/Sipa
Tzvetan Todorov est historien et essayiste, directeur de recherche honoraire au CNRS. Il est l'auteur, récemment, de "La peur des barbares" (Robert Laffont, 2008) et de "La signature humaine" (Seuil, 2009). Il est membre du Comité éditorial de "Books".
Chantars no pot gaïre valer
Si d'ins del cor no mov lo chans
Bernard de Ventadour

__._,_.___
Activités récentes
Aller sur votre groupe
Yahoo! 360º

Partagez l'essentiel

Blog et photos avec

vos proches.

Yahoo! Groupes

Créez votre groupe

Partagez vos goûts

avec les autres.

Y! Toolbar

100% gratuit !

En 1 clic, accédez

à vos groupes.

.

__,_._,___

00:48 Publié dans Société | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.