Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2009

Suisse, terre d'asile...


 
Série d’été mardi14 juillet 2009

Les discrets espions de la ville de Berne

(Kunstdenkmäler des Kantons Bern)

(Kunstdenkmäler des Kantons Bern)

Si, récemment encore, la CIA a été soupçonnée d’œuvrer discrètement en Suisse, l’espionnage américain avait déjà établi son siège européen dans la capitale de la Confédération durant la Seconde Guerre mondiale

Une belle demeure patricienne en surplomb de l’Aar, à deux pas de la cathédrale et du Palais fédéral. Le numéro 23 de la Herrengasse fait toujours excellente figure au cœur de la vieille ville de Berne. Mais il n’y reste plus trace de l’un de ses occupants historiques les plus prestigieux, l’Office of Strategic Services (OSS), le service de renseignement américain, qui y avait établi son quartier général pour l’Europe durant la Seconde Guerre mondiale.

L’OSS était d’une nouveauté radicale, à l’époque, pour les Etats-Unis. Il représentait la première ébauche d’un service secret centralisé dans un pays où la récolte du renseignement avait jusqu’alors été pratiquée de manière diffuse par l’armée de terre, la marine, les affaires étrangères (le Département d’Etat) et la police fédérale (le FBI). Vu d’un mauvais œil par beaucoup, par ses rivaux comme par nombre de «bonnes âmes», il avait été finalement imposé par le président Roosevelt le 13 juin 1942 au nom de la nécessité. Aux grands maux les grands remèdes, aux grandes guerres les grands services secrets!

Un Allemand agent double

Bâtie sur le modèle de son équivalent britannique le SOE (Special Operations Executive), l’OSS n’a pas démérité, malgré son jeune âge, contre l’Allemagne nazie. Et son antenne bernoise a joué un rôle éminent dans la bataille. «Elle n’était pas qu’un centre administratif, confie le Suisse Jacques Baud, auteur de plusieurs livres sur le renseignement. Elle a organisé toutes sortes d’opérations en territoire ennemi et glané de nombreuses informations d’importance. Les renseignements acquis sur les V2 qui bombardaient Londres venaient, par exemple, de ses agents.»

L’espion le plus prolifique du bureau bernois était un fonctionnaire du Ministère allemand des affaires étrangères, Fritz Kolbe, alias George Wood. Pendant ses années d’activité, l’homme a transmis à l’OSS quelque 1200 documents, dont aucun ne datait de plus de deux semaines. Parmi ses révélations, un rapport établissant que le valet de l’ambassadeur britannique à Ankara était un espion allemand. Une affaire fameuse à l’origine d’un film, L’Affaire Cicéron.

 

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/2a341ef0-6fed-11de-813a-c...

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Tant qu'ils ne viennent pas regarder dans nos coffres, on veut bien fermer les yeux...O.

Chantars no pot gaïre valer
Si d'ins del cor no mov lo chans
Bernard de Ventadour

 

Les commentaires sont fermés.