Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juillet 2009

Un peintre : Bernard Collin

EXPOSITIONS

Bernard Collin


Peindre le dimanche
Imprimer cette page


du vendredi 3 juillet au samedi 26 septembre 2009

une exposition consacrée au travail de
Bernard Collin


Dom Calmet
On discute si les oiseaux sont sortis de la terre ou des eaux, et si on peut les mettre dans la catégorie des poissons, prescrits les jours de jeûne, auxquels l’Église défend l’usage de la viande, ou s’ils sont réellement viande comme les animaux à quatre pieds. Moïse parlant de la création des oiseaux, dit, Gen. 1, 20 : « Que les eaux grouillent d’un grouillement d’êtres vivants et que des oiseaux volent au-dessus de la terre contre le firmament du ciel ». Le sentiment que les oiseaux sont sortis des eaux, de même que les poissons, paraît bien fondé dans l’Écriture et dans les Pères. Le texte de Moïse lui est très favorable, il rapporte au même lieu la création des poissons et des oiseaux, il ne dit pas un mot des oiseaux au sixième jour, où il parle de la production des animaux terrestres. Quelques interprètes ont prétendu que les oiseaux étaient tirés de la terre, de même que les animaux à quatre pieds. D’autres ont soutenu qu’ils étaient plutôt tirés de l’air, parce que l’air a quelque rapport avec l’eau, et qu’il est naturel que les animaux vivent dans l’élément d’où ils sont tirés : comme nous voyons que les animaux produits de la terre, vivent sur la terre, les poissons tirés de l’eau, vivent dans l’eau. Ainsi, disent-ils, un grand préjugé que les oiseaux sont tirés de l’air, c’est qu’ils vivent dans l’air.

L’Encyclopédie
La plupart des oiseaux ont à chaque pied quatre doigts, trois en avant, un en arrière. Il y en a quelques-uns qui n’ont que trois doigts, tous en avant. L’autruche est le seul oiseau qui n’a que deux doigts à chaque pied.

Berakhot
C’est bon signe de voir en songe toutes sortes d’oiseaux, excepté le hibou, la chouette et la taupe.

Bernard Collin, Des animaux rien à craindre, in le ' ' ' Cahier du Refuge ' ' ' 182, juillet 2009







à consulter
Bernard Collin à la Bibliothèque du cipM



voir aussi :
Bernard Collin - Peindre le dimanche (Manifestations)


lire aussi :
182

03:52 Publié dans Arts | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.