Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 juin 2009

Y a-t-il un poète dans le bazar ?

 

Sans titre.

Sans titre. par Michelle Grangaud

Mon admiration pour l’œuvre de Roubaud est
Illimitée, comme peut l’être également
Celle que je ressens envers Emmanuel
Hocquard, l’un des plus grands poètes de ce temps
En français, langue qu’il honore et magnifie.
L’un et l’autre sont mes amis ; d’autres exclus
Le sont aussi ; mon amitié pour eux vient de l’
Estime que j’éprouve pour ce qu’ils écrivent.

Grand merci, cher Le Pillouër, qui faites pa
- Rtie des poètes qui par leurs écrits m’inspirent
Aussi une amitié toute — confraternelle ?
— Non, mais disons plutôt sororale, c’est mieux.
Grand merci ; cependant, voyez-vous, je ne peux
Accepter votre aimable hospitalité sans
Un item important, qui doit préciser que
De conflits, j’eus ma claque : en peux plus, n’en veux plus.

Même en poésie, oui, surtout en poésie.
Gravement, et toujours amicalement vôtre.

Le commentaire de sitaudis.fr

Sollicitée pour publier sur le site, Michelle Grangaud répond par un début de oui recevoir.

le commentaire d'Orlando : bof...
Grangaud est assez connue dans la poésie française contemporaine.
Noter la double affectation, 1. De compter douze syllabes et d'aller à la ligne, ce qui fait des dodécasyllabes, dit Mallarmé, non des alexandrins. et 2. De commencer chaque ligne par une majuscule.
Pourquoi ? Pour "faire" poésie ? Ou pour s'en moquer ?
Re bof...

Commentaires

Tu seras toujours le bienvenu, ami Smiley !

Écrit par : Orlando | 18 avril 2010

Les commentaires sont fermés.