Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 juin 2009

Pas de toute dernière fraîcheur...

Philippe Sollers et Cecilia Bartoli

Rencontre

Elle venait de triompher à Paris avec Vivaldi. Il partait pour Rome présenter au pape sa Divine Comédie. De leur rencontre est né cet échange autour de la voix, de la musique du XVIIIe et d´un certain art de vivre. Témoin de ce duo impromptu, Patricia Boyer de Latour.
C´est une rencontre comme on en rêverait dans un roman de Sollers...


Et puis voilà, ça arrive dans la vie ! Ils avaient rendez-vous dans une maison amie, au fond d´un jardin, un soir d´automne. Ils ont parlé, elle a chanté pour lui, et ils ont beaucoup ri. Moments délicieux, tourbillons de gaieté entre une divine toute simple et un diable d´homme en réalité deux vrais généreux. Par chance, nous étions là. Alors, écoutons-les. Et musique !

 

Philippe Sollers et Cecilia Bartoli (photo)

Madame Figaro du 18 Novembre 2000

Lire tout l'article (interview de Cecilia Bartoli et Sollers) :  http://www.philippesollers.net/bartoli.html

10:22 Publié dans Théâtre | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

C'était en 2000, mais tout Sollers est là : son goût de l'Italie et notamment de Venise, de la grande musique, des divas, sa propension à se glisser dans le nid d'autrui ( de reprendre sans vergogne le grand titre de "Divine Comédie" !)son libertinage et sa toute fraîche bigoterie ( avant d'être papiste, il a été mao !)Prodigieusement agaçant, mais quel brio ! O.

Écrit par : orlando | 13 juin 2009

Les commentaires sont fermés.