Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 janvier 2005

Federico Garcia Lorca

Une académicienne sur la tombe d’un poète

Au mois de mai 1960, Marguerite Yourcenar écrit une émouvante lettre à Isabel Garcia-Lorca, sœur du poète. À Viznar (proche de Grenade) elle est partie (sans doute accompagnée de Grâce Frick) à la recherche de l’endroit où Federico a été exécuté. Toutes les personnes à qui elle a parlé de cette démarche les ont, dit-elle, traitées en amies. Deux garçons du village
les y ont guidées. Je laisse parler Marguerite :
…directement en dessous de la plus haute crête de la montagne (la Cruz de Viznar) … nous sommes tous les cinq descendus en contrebas de la route … jusqu’à un endroit où dans ce désert sans arbres poussent vigoureusement cinq ou six jeunes pins. « C’est là » dirent les deux garçons… À les en croire, votre frère est enterré sous ces pins avec cinq autres hommes tombés au même endroit. À les en croire encore, on a tassé la terre et on a transplanté là quelques arbrisseaux. …
… nous avons continué le chemin de montagne jusqu’au moment où il rejoint la route de Murcie, à quinze cent mètres environ de l’endroit que j’ai essayé de décrire. Pendant tout le trajet nous n’avons rencontré ni une voiture ni un homme… ni même un animal… il est clair que les tueurs ont fait un circuit, accompli leur besogne et en ont effacé les traces à l’endroit le plus désert… Mais pourquoi cette espèce de secret à une époque où la violence s’étalait partout au grand jour ? …
… le souvenir du poète reste là-bas intensément vivant, …
… je me suis retournée pour regarder cette montagne nue, ce sol aride, ces quelques jeunes pins poussant avec vigueur dans la solitude, ces grands plissements perpendiculaires du ravin par lequel ont dû s’écouler autrefois les torrents de la préhistoire, la Sierre Nevada déployée à l’horizon dans toute sa majesté … on envie votre frère d’avoir commencé sa mort dans ce paysage d’éternité…. on ne saurait imaginer pour un poète un plus beau tombeau

(Marguerite Yourcenar, Lettres à ses amis et quelques autres, Folio/ 1997)

(envoi de Léah sur le forum)

Les commentaires sont fermés.