Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 décembre 2004

Le vers est dans le fruit

Une bagarre avait commencée... Orlando continue sa présentation avec le vers libre...

Ainsi, on peut sans trop de risque faire le pari suivant : si on présente en prose n’importe quel poème voulu par son auteur en vers libres, tout lecteur non averti (ne connaissant pas l’original) n’y verra que du feu.

Est-ce à dire que les poèmes en vers libres ne sont que de la prose découpée ? Non, non, la plupart du temps non.

Le lecteur est fondé à penser que le poète vers libriste, arrivant au n.ième mot de sa ligne, à la n.ième syllabe, ressent l’impérieuse nécessité d’aller à la ligne. Il faut espérer qu’il ne prend pas cette décision au hasard, ou seulement pour que son texte ne ressemble pas à de la prose. Le retour ( appelons entrée le début d’un vers libre, et retour le fait d’aller à la ligne pour une raison autre que la fin d’un paragraphe –pour cause de vers libre, et non de prose) , le retour doit avoir une valeur poétique. Soit que le vers ainsi délimité par une entrée et un retour ait précisément le rythme voulu, soit que le dernier mot du vers ou le premier du suivant est affecté d’une valeur expressive , ou mieux encore pour les deux raisons, rythmique et expressive. Si aucune de ces deux valeurs n’est reconnaissable, le retour peut encore représenter un trait stylistique : le style c’est l’homme, n’est-ce pas, et une prédominance d’un certain type de vers, ou une certaine façon de les mêler, peut être caractéristique de certain auteur.

Si le lecteur ne trouve ni rythme ni expressivité dans un ensemble de vers libres, il peut encore espérer y rencontrer un style. Mais si de surcroît le style est lâche, indéfini, alors il ne reste plus qu’à classer ce vers dans le dossier « Prose découpée », ne visant à avoir l’air d’un vers que pour que le texte ait l’air d’un poème. D’où se déduit l’impératif catégorique du vers libriste :

Ton vers doit être l’image de ta personnalité. Et il doit aussi souvent que possible être expressif par son rythme, et par la position stratégique de mots ou expressions choisis.



…à suivre…

22:29 Publié dans PROSES | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.